Christine Deviers-Joncour : qu’est devenue la “put*** de la République” ?

Voilà 30 ans qu’a éclaté l’affaire Elf, un scandale politico-financier concernant le détournement de 504 millions de dollars de l’entreprise textile Bidermann par l'entreprise d'exploitation pétrolière Elf - entre 1989 et 1993. Or, une grande partie de l’argent détourné a profité à Christine Deviers-Joncour qui était la maîtresse du ministre des Affaires étrangères de l’époque, Roland Dumas, décédé ce 3 juillet à l'âge de 101 ans. Cette dernière avait en effet reçu d'importantes commissions en vue d’obtenir de Roland Dumas l'autorisation de vendre des frégates militaires à Taïwan. Après l’éclatement du scandale, Christine Deviers-Joncour est condamnée à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, et 1,5 million de francs d'amende pour “recel d'abus de biens sociaux”. Roland Dumas, lui, est relaxé. En 1997, l’ancienne femme d’affaires est incarcérée provisoirement pendant cinq mois et demi à la prison de Fleury-Mérogis. Si l’affaire a fait grand bruit à l’époque, près de 30 ans se sont écoulés depuis les faits et Christine Deviers-Joncour, parfois surnommée (par elle-même notamment) la “Put*** de la République, est plus ou moins retombée dans l’oubli. Cette dernière s’adonne désormais à sa passion : l’écriture. En plus de rédiger ses ouvrages mais corrige et relit également certains manuscrits d'autres auteurs. “Je fus médiatisée à travers cette affaire d'État des frégates (...)

Lire la suite sur Closer

Gironde : un couple de retraités face à un juge pour un trafic choquant d'une valeur de plus de 100 millions d'euros
Jacques Freitag : le célèbre athlète sud-africain retrouvé mort à 42 ans
Jacques Doillon accusé de viols : son ex, avec qui il a eu une fille, livre à son tour son témoignage glaçant
Ces 6 astuces naturelles et parfois insoupçonnées pour contrer les problèmes sexuels
Paul Belmondo : cette phrase crève-coeur qu’il a lancée à leurs enfants après s’être séparé de Luana