Un chorégraphe suisse casse les codes à la Scala

© David Kretonic

La danse contemporaine a sur le monde un regard original : bien avant la mode, elle a souvent anticipé les tendances; le transgenre, la planète en feu, l'addiction médiatique... On peut dans un ballet, se laisser porter par sa propre intuition et y lire ce qu'on veut. Mais il est souvent utile de prendre connaissance de la note d'intention du chorégraphe. Ici, le Suisse Edouard Hue se veut large : "Shiver" (frisson), "All I need" (tout ce dont j'ai besoin) peut s'appliquer à plein de sujets. Mais quand on découvre les chorégraphies, le propos est évident. Shiver est un duo amoureux qu'il danse lui-même avec sa femme japonaise, et c'est bouleversant.

Une nouvelle génération qui associe la beauté des enchaînements et la puissance de l'engagement

Les approches, les rejets, la passion... Tout cela sans porté, sans se toucher, avec une symétrie parfaite et des figures au bord du déséquilibre, c'est très fort. Le chorégraphe a travaillé avec le célèbre Hofesh Shechter, israélien, le Français Olivier Dubois (formé chez Preljocaj, Saporta, Sasha Waltz) et le Belge Damien Jalet (collaborateur de Sidi Larbi Cherkaoui). Hue incarne une nouvelle génération qui réussit à associer la beauté des enchaînements et la puissance de l'engagement.

Un engagement polit...


Lire la suite sur ParisMatch