« Charlie Hebdo » publie des caricatures de Khamenei et provoque l’ire de l’Iran

« Charlie Hebdo » publie les caricatures « les plus droles et méchantes » de Khamenei et provoque l’ire de Téhéran
Capture Une de « Charlie Hebdo » de janvier 2023 « Charlie Hebdo » publie les caricatures « les plus droles et méchantes » de Khamenei et provoque l’ire de Téhéran

MEDIA - L’Iran et la liberté d’expression. L’Iran a averti Paris ce mercredi 4 janvier qu’il réagirait après la publication de caricatures « insultantes » du chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, dans le magazine satirique français Charlie Hebdo.

L’hebdomadaire satirique a publié ce mercredi des dizaines de caricatures mettant en scène la plus haute personnalité religieuse et politique de la République islamique.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il s’agit des caricatures retenues dans le cadre d’un concours lancé en décembre, alors que des manifestations se multipliaient en Iran après la mort en détention le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne arrêtée pour avoir enfreint le code vestimentaire du pays, strict pour les femmes.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Certaines des meilleures propositions à Charlie Hebdo. Concours de caricatures du chef suprême. Les responsables du régime ne sont pas satisfaits de la tenue de ce concours d’art. », commente un journaliste sur Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une « réponse efficace et ferme »

« L’acte insultant et indécent d’une publication française en publiant des caricatures contre l’autorité religieuse et politique ne restera pas sans réponse efficace et ferme », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian sur Twitter. « Nous ne permettrons pas au gouvernement français de dépasser les bornes », a-t-il ajouté.

Charlie Hebdo avait expliqué en décembre que ce « concours international pour produire des caricatures » de Khamenei visait à soutenir les « Iraniens qui se battent pour leur liberté ».

Les autorités affirment que des centaines de personnes, dont des membres des forces de sécurité, ont été tuées et des milliers d’autres ont été arrêtées dans ce qu’elles décrivent généralement comme des « émeutes ». Elles accusent des puissances étrangères et des groupes d’opposition d’attiser les troubles.

Braver l’autorité du « guide supposé suprême »

Le numéro de Charlie Hebdo paru mercredi contient plusieurs dessins d’ordre sexuel montrant l’ayatollah Khamenei et d’autres religieux iraniens, alors que d’autres caricatures dénoncent le recours à la peine capitale comme tactique pour intimider les manifestants.

« C’était une manière de montrer notre soutien aux Iraniennes et aux Iraniens qui mettent en jeu leur vie pour défendre leur liberté face à la théocratie qui les opprime depuis 1979 », a déclaré dans un éditorial le directeur de la publication Laurent Sourisseau, connu sous le nom de Riss.

Tous les dessins publiés « ont le mérite d’avoir bravé l’autorité que prétend être le guide supposé suprême, ainsi que la cohorte de ses serviteurs et autres spadassins », a-t-il ajouté.

Une « tentative d’ingérence » de la part de l’Iran

Nathalie Loiseau, une députée française du Parlement européen et ancienne ministre (2017-2019), a elle décrit la réaction iranienne comme une « tentative d’ingérence » et une « menace » sur Charlie Hebdo.

« Que ce soit parfaitement clair : le régime répressif et théocratique de Téhéran n’a aucune leçon à donner à la France », a-t-elle dit sur Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Charlie Hebdo a publié les caricatures dans une édition spéciale pour l’anniversaire de l’attentat meurtrier contre son bureau parisien le 7 janvier 2015. Ce dernier avait été perpétré par des assaillants déclarant agir au nom d’Al-Qaïda pour venger la décision du journal de publier des caricatures du prophète Mahomet.

La publication de ces caricatures avait suscité beaucoup de colère dans les pays musulmans, et les attentats de 2015 avaient apporté une vague de soutien au magazine à travers le monde.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi