Publicité

Charles III hospitalisé: qu'est-ce que l'hypertrophie bénigne de la prostate, dont souffre le roi?

La nouvelle inquiète le Royaume-Uni. Le roi Charles III, 75 ans, sur le trône britannique depuis son couronnement en mai 2023, sera hospitalisé la semaine prochaine en raison d'une hypertrophie bénigne de la prostate. L'annonce a été faite par le palais de Buckingham, selon qui la décision a été prise au terme d'une consultation médicale.

"Comme des milliers d'hommes chaque année, le roi a consulté pour une hypertrophie de la prostate. Ce dont est atteinte sa Majesté est bénin et il se rendra à l'hôpital la semaine prochaine pour une procédure correctrice", a annoncé le palais dans un bref communiqué.

Difficultés à uriner

Pour comprendre en quoi consiste cette maladie, il convient dans un premier temps de s'intéresser au fonctionnement de la prostate. Selon le dictionnaire médical Vidal, cette glande située au dessous de la vessie "sécrète des fluides entrant dans la composition du sperme" et "entoure la partie supérieure de l'urètre, le tube urinaire, à l'endroit où celui-ci rejoint la vessie."

Problème: à mesure que défilent les années, la prostate grossit et devient trop volumineuse, au point qu'il devient difficile d'uriner pour certains hommes. Cette grosseur, associée à cette gène, porte un nom médical: l'hypertrophie bénigne de la prostate.

Selon cette même source, les risques de souffrir de cette pathologie augmentent avec l'âge. "Après 60 ans, 60% des hommes en souffrent et ce chiffre passe à 90% après 85 ans", apprend-on.

Les symptômes de l'hypertrophie de la prostate, également appelée adénome de la prostate, sont reconnaissables. Lorsqu'un patient est atteint, son flux d'urine est long à venir et devient saccadé, et peut s'écouler pendant une à deux minutes. De plus, il y a cette impression de ne jamais avoir la vessie vidée, et, de fait, l'envie d'uriner se fait de plus en plus fréquente.

Plusieurs traitements

Lorsque la prostate devient vraiment trop volumineuse et que l'urine ne peut s'écouler, alors les patients peuvent être atteints d'infections urinaires à répétition, voire de calculs urinaires. Pour soigner cette hypertrophie, plusieurs moyens existent, dont un traitement médicamenteux à base d'alphabloquants, souligne Vidal.

Sinon, et c'est la solution privilégiée par Buckingham Palace, le traitement chirurgical est possible. Selon cette même source, celle-ci peut être de plusieurs natures: la résection transurétrale de la prostate, la plus couramment utilisée, l'incision cervico-prostatique, ou encore l'ablation chirurgicale de l'adénome. La pose de prothèses est également une solution.

Toutefois, comme le précise l'Institut Curie, l'hypertrophie bénigne de la prostate ne peut jamais dégénérer en cancer, qui n'affecte pas la même zone de la glande, et n'augmente pas les risques d'être atteint de cette maladie. "Les deux maladies peuvent coexister sans qu’il y ait de lien entre elles", apprend-on toutefois.

Article original publié sur BFMTV.com