Publicité

"C'est sa liberté d'expression": Rachida Dati défend le discours polémique de Justine Triet à Cannes

La nouvelle ministre de la Culture Rachida Dati réaffirme son soutien au film Anatomie d'une chute, qui s'était attiré les foudres de la ministre précédente Rima Abdul Malak.

"La Palme d'Or, ce n'est pas rien!", s'est réjouie Rachida Dati ce mercredi 31 janvier sur France Inter. "Ce film m'a bouleversée. C'est un combat depuis que j'ai l'âge de dix ans, parce que j'ai vécu dans de la violence tout le temps."

Anatomie d'une chute décortique méticuleusement les rapports de force et de domination au sein d'un couple d'artistes. La ministre a loué cette histoire qui inclut "aussi le point de vue de l'enfant". "Tout est dans ce film", a-t-elle insisté.

"Sa liberté d'expression"

Concernant les propos de Justine Triet à Cannes en mai dernier, où la réalisatrice avait fustigé la manière dont le gouvernement était "en train de casser l'exception culturelle française", Rachida Dati a déclaré:

"C'est sa liberté d'expression. Elle est artiste. Elle en a encore plus le droit."

Rima Abdul Malak, alors ministre de la Culture s'était, elle, dite "estomaquée" par les propos de Justine Triet à Cannes, puis avait jugé ce discours "ingrat et injuste", ajoutant que son film "n’aurait pu voir le jour sans notre modèle français de financement du cinéma, qui permet une diversité unique au monde".

"Rayonnement culturel"

Nommé à cinq reprises aux Oscars (dont meilleur film, meilleure réalisation, meilleure actrice), Anatomie d'une chute rencontre un succès mondial depuis sa présentation au festival de Cannes en mai dernier.

Rachida Dati avait déjà réagi après l'annonce des Oscars il y a quelques semaines, se disant "fière pour la France, patrie historique du cinéma, et pour notre rayonnement culturel, de la nomination aux Oscars d'Anatomie d'une chute et de sa réalisatrice Justine Triet."

Article original publié sur BFMTV.com