Publicité

CAN 2024: les héros ivoiriens Diakité et Fofana racontent la folie d'une nouvelle qualification miraculeuse

Des héros de cette CAN 2024. Déjà miraculée face au Sénégal lors des huitièmes de finale, la Cote d'Ivoire a renouvelé l'exploit en accrochant des prolongations à la 90e puis en s'imposant 2-1 au bout des prolongations, pour se qualifier en demies. Un but héroïque et une ambiance exceptionnelle que racontent les deux artisans du miracle: Seko Fofana et Oumar Diakité.

"Sur la dernière situation, j'y ai cru, je l'ai vu arriver, je l'ai reprise directement et elle arrive sur un partenaire. Derrière, ça fait but, a raconté Seko Fofana au micro de beIN Sports. On est très heureux des émotions qu'on a pu procurer à toutes les personnes qui ont pu regarder ce match. On est très heureux d'être Ivoiriens. On est éprouvé depuis le début de la CAN, mais il faut avoir la foi, continuer."

"On va essayer d'écrire notre histoire"

"On va continuer à bien travailler, se reposer, et corriger ce qu'on a fait de moins bien. C'est quelque chose qui nous suit depuis plusieurs générations, a-t-il poursuivi, s'agissant de cette foi inébranlable en leur capacité à tout renverser. Je pense qu'on a un vrai groupe. On essaie de trouver les solutions, de s'aider. Malgré tout, on a la foi, on y croit. Aujourd'hui, on a eu la chance d'avoir un public qui était derrière nous et qui y a cru jusqu'au bout. On va essayer d'écrire notre histoire. On espère aller jusqu'au bout."

Celui qui a réussi à reprendre cette lourde frappe de Seko Fofana pour la mettre au fond d'une subtile talonnade, c'est Oumar Diakité. Le milieu de terrain de 20 ans du Stade de Reims est revenu sur les émotions vécues par la Cote d'Ivoire au cours de la rencontre: "Après ce genre de match, il n'y a pas vraiment de choses à expliquer, ce ne sont que des émotions. Le carton rouge (d'Odilon Kossounou) a rendu la tâche encore plus difficile, on a fait preuve de beaucoup de mental, on s'est fait mal, on a bossé, on a couru, on a fait des efforts, et on est allé cherché le deuxième."

"Si on veut gagner cette Coupe, il va falloir qu'il continue à nous pousser"

"Quand le Mali a manqué le penalty on a tous eu cette force là. Quand ils ont mis le premier but c'était compliqué pour la tête mais avec ma rentrée, celles d'Adingra et de Sébastien Haller, on a donné une nouvelle dynamique à l'équipe, une nouvelle énergie, on s'est dit: 'C'est possible de faire quelque chose'. Je suis très heureux que ce soit moi qui marque, je crois que je mets la joie dans le coeur de 30 millions d'Ivoiriens. Je suis très fier et heureux", a Oumar Diakité le héros d'un soir.

Le milieu de terrain ivoirien a également tenu à féliciter le public du Stade de la Paix de Bakoué, qui a poussé sans jamais s'arrêter pour porter son équipe vers un authentique exploit: "Le public a fait son job, depuis le début on se plaignait du public ivoirien, on disait qu'il était trop calme, qu'il ne poussait pas son équipe, aux moments difficile ils n'ont pas lâché, ils ont continué à pousser. C'est aussi une victoire du public. Quand on a eu besoin d'eux, ils ont vu qu'on était dans le dur ils nous ont poussé. Si on veut gagner cette Coupe, il va falloir qu'il continue à nous pousser."

Article original publié sur RMC Sport