Des bisons européens réintroduits en Angleterre

C'est la première fois depuis des millénaires que le bison européen, plus gros mammifère terrestre et cousin le plus proche du bison des steppes qui arpentait autrefois la Grande-Bretagne, va de nouveau vivre en liberté.

Sous un soleil levant sur le sud-est de l'Angleterre le 18 juillet 2022, trois bisons quittent un enclos pour un bois, leur nouveau domicile dans le cadre d'un ambitieux projet de réintroduction. Le trio se met immédiatement à mâcher des feuilles d'arbres dans cette forêt proche de la ville de Canterbury. C'est la première fois depuis des millénaires que le bison européen, plus gros mammifère terrestre et cousin le plus proche du bison des steppes qui arpentait autrefois la Grande-Bretagne, va de nouveau vivre en liberté.

Ingénieurs de l'écosystème

Un événement "vraiment important", souligne Mark Habbe, du Wildwood Trust, à l'origine de ce projet. "Ca n'aurait pas pu mieux se passer, il se sont retournés, nous ont regardés et ont disparu dans la forêt", décrit-il quelques instants après la réintroduction. La bison femelle, une matriarche, accompagnée de deux plus jeunes femelles, vont à présent brouter, manger de l'écorce, abattre des arbres et se délecter de bains de poussière, retournant le sol des bois. Leur présence sera à l'origine de multiples bienfaits, aidant d'autres espèces à créer leur habitats, alors que les bisons se font "ingénieurs de l'écosystème".

Des femelles bisons introduites le 18 juillet 2022 dans une forêt dans le Kent dans le sud-est de l'Angleterre, première déambulation en liberté de ces bovidés en Grande-Bretagne depuis des millénaires
 (AFP - William EDWARDS)
Des femelles bisons introduites le 18 juillet 2022 dans une forêt dans le Kent dans le sud-est de l'Angleterre, première déambulation en liberté de ces bovidés en Grande-Bretagne depuis des millénaires. Crédits : AFP - William EDWARDS

"Nous faisons ça pour restaurer l'environnement et restaurer la forêt anglaise et tout ce qui y prospère", explique M. Habben. "On ne veut pas utiliser de machines... utiliser des ressources indigènes des ingénieurs de l'écosystème comme nous aimons les appeler - sous la forme dans ce cas du bison européen - est exactement la bonne chose à faire."

Races anciennes de poneys, de cochons ou de vaches

La femelle bison, qui a vécu dans des enclos en Irlande et dans les Highlands écossais, sera rejointe par un mâle dans les prochains mois. L'arrivée de celui-ci, en provenance d'A[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles