Au G20, les reproches de Xi Jinping à Justin Trudeau filmés par une caméra

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau serre la main du président chinois Xi Jinping (R) avant la photo de famille des dirigeants du G20 à Hangzhou, le 4 septembre 2016. - Les dirigeants du monde entier se réunissent à Hangzhou pour le 11e sommet des dirigeants du G20 du 4 au 5 septembre (photo Greg BAKER / AFP).
GREG BAKER / AFP Le Premier ministre canadien Justin Trudeau serre la main du président chinois Xi Jinping (R) avant la photo de famille des dirigeants du G20 à Hangzhou, le 4 septembre 2016. - Les dirigeants du monde entier se réunissent à Hangzhou pour le 11e sommet des dirigeants du G20 du 4 au 5 septembre (photo Greg BAKER / AFP).

INTERNATIONAL - Un vif échange. Le président chinois Xi Jinping s’est plaint ce mercredi 16 novembre de la couverture médiatique de ses échanges avec le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, lors du sommet du G20. Une vidéo de la réunion publiée par une journaliste basée au Canada témoigne de leur échange houleux.

Dans la séquence partagée par Annie Bergeron-Oliver du média canadien CTV National News que vous pouvez voir dans le tweet ci-dessous, on entend Xi Jinping reprocher à Justin Trudeau par l’intermédiaire d’un interprète : « Tout ce dont nous avons discuté a été divulgué aux journaux, ce n’est pas approprié. »

« Ce n’est pas comme ça que la conversation a été menée », a-t-il poursuivi. « Nous croyons au dialogue libre et ouvert et franc et c’est ce que nous continuerons à avoir. Nous continuerons à chercher à travailler ensemble de manière constructive, mais il y aura des choses sur lesquelles nous ne serons pas d’accord », lui a répondu Justin Trudeau. « Créons d’abord les conditions », a fini par tacler Xi Jinping, avant de serrer la main du dirigeant canadien et de s’éloigner.

Soupçon d’ingérence chinoise

Ces derniers jours, Justin Trudeau a fait part de ses « graves préoccupations » concernant l’ingérence présumée de la Chine au Canada lors de brefs entretiens avec Xi Jinping.
La semaine dernière, il a affirmé que la Chine se livrait « à des jeux agressifs » avec les démocraties et les institutions canadiennes, après la publication d’un rapport de la chaîne canadienne Global News faisant état d’une ingérence dans le processus électoral au Canada.

Selon la chaîne, un « réseau clandestin » de candidats aux élections fédérales canadienne et d’agents chinois travaillant pour leur campagne a été financé par la Chine. « Il est extrêmement important de continuer de montrer de la fermeté sur les sujets qui sont importants pour les Canadiens », a ajouté le Premier ministre.

La police fédérale canadienne a aussi indiqué jeudi qu’elle menait une enquête sur des postes de police qui auraient été mis en place illégalement par la Chine au Canada pour contrôler notamment les Chinois exilés ou expatriés.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi