Publicité

Attaque à Moscou: Poutine dénonce une "tuerie de masse" et décrète une journée de deuil national

Le président russe a dénoncé ce samedi 23 mars, dans sa première prise de parole depuis l'attentat qui a fait plus de 100 morts près de Moscou vendredi, un "acte terroriste barbare" et a promis de "punir" les coupables.

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé ce samedi 23 mars à la télévision russe une attaque qui n'est "pas seulement" un "attentat", mais aussi une "tuerie de masse" et un acte "terroriste barbare", dans sa première allocution télévisée depuis l'attaque qui a fait au moins 133 morts.

"J'exprime mes plus sincères condoléances à ceux qui ont perdu leurs proches (...) je déclare le (dimanche) 24 mars jour de deuil national", a également annoncé le chef d'État.

Vendredi soir, des tirs, suivis d'un vaste incendie, ont fait plus de 100 morts dans une salle de concert lors d'un concert de rock en banlieue de Moscou. L'attaque est revendiquée dans la soirée par le groupe État islamique.

"Tous les auteurs" de l'attaque "arrêtés"

Le président russe a assuré ce samedi que "tous les quatre auteurs" de l'attaque avaient été arrêtés alors qu'ils "se dirigeaient vers l'Ukraine".

"Ils se dirigeaient vers l'Ukraine où, selon des données préliminaires (des enquêteurs), une 'fenêtre' avait été préparée pour qu'ils franchissent la frontière", a-t-il accusé avant d'assurer que "ceux qui sont derrière ces terroristes seront punis" et qu'ils "n'auront pas un destin enviable".

Poutine reprend ainsi la version des faits présentée plus tôt par ses services de sécurité (FSB). À aucun moment, il n'a mentionné la revendication du groupe jihadiste État islamique (EI) intervenue dès vendredi.

Si les services de renseignements russes ont affirmé que les suspects avaient des "contacts appropriés du côté ukrainien" et si le président de la commission de la Défense à la Douma, a dit qu'une implication de l'Ukraine ne pouvait "pas être exclue", l'Ukraine dément de son côté toute implication.

Le bilan de l'attaque s'est alourdi ce samedi à 115 morts, a annoncé le Comité d'enquête. Il devrait encore augmenter, car les recherches se poursuivent et pourraient prendre des jours.

Article original publié sur BFMTV.com