Publicité

Au moins 60 morts, toit effondré : ce que l'on sait de la tuerie dans une salle de concert à Moscou

Plusieurs assaillants ont ouvert le feu ce vendredi 22 mars dans la soirée sur des spectateurs présents dans une salle de concert près de Moscou.

Tuerie en Russie. Des dizaines de personnes ont été tuées et plus de cent autres ont été blessées dans la soirée ce vendredi 22 mars dans une attaque par des hommes armés dans une salle de concert en banlieue de Moscou, ont indiqué les forces de sécurité russes.

• Au moins 60 morts et plus de 100 blessés

L'attaque par plusieurs individus armés a eu lieu dans la soirée du vendredi 22 mars au Crocus City Hall, une salle de concert située à Krasnogorsk, une banlieue située juste à la sortie nord-ouest de la capitale russe. Cette attaque s'est produite lors d'un concert du groupe de rock russe Piknik, dont les membres ont été évacués, a rapporté l'agence de presse TASS.

Les services de secours, cités par l'agence Interfax, ont fait état d'un "groupe de deux à cinq personnes non identifiées portant des uniformes tactiques et armées d'armes automatiques" qui ont "ouvert le feu sur les agents de sécurité à l'entrée de la salle de concert" puis "commencé à tirer sur le public".

"Les corps des personnes décédées sont en cours d'examen. Il est provisoirement établi que l'attaque terroriste a fait plus de 60 morts. Malheureusement, le nombre de victimes pourrait augmenter", a indiqué le Comité d'enquête. Un précédent bilan donné par les services de sécurité russes (FSB) avait fait état de 40 morts.

Selon le ministère russe des Situations d'urgence, les pompiers sont parvenus à évacuer une centaine de personnes qui se trouvaient dans le sous-sol de la salle de concert. Des opérations étaient en cours dans la soirée pour "sauver des personnes se trouvant sur le toit du bâtiment à l'aide d'équipements de levage".

• Le bâtiment en feu et le toit effondré

En parallèle de la tuerie, un important incendie s'est déclaré. Selon un journaliste de l'agence de presse publique Ria Novosti, cité par l'AFP, des individus en tenue de camouflage ont fait irruption dans le parterre de la salle de concert avant d'ouvrir le feu et de lancer "une grenade ou une bombe incendiaire, ce qui a provoqué un incendie".

Les flammes se sont propagées à près de 13.000 m2 du bâtiment et ont fait s'effondrer le toit.

L'incendie a été "pratiquement circonscrit", a indiqué samedi le gouverneur de la capitale russe. "Il reste encore quelques foyers mais l'incendie a été pratiquement circonscrit. Des secouristes ont pu pénétrer dans l'auditorium", a déclaré le gouverneur Andreï Vorobiov sur Telegram.

• Daesh revendique l'attaque

L'organisation terroriste Daesh a annoncé revendiquer l'attaque et affirmé que les assaillants se trouvaient en fuite. Les enquêteurs russes ont ouvert "une affaire pénale pour acte terroriste dans la région de Moscou". Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a annoncé l'annulation de tous les évènements publics.

Le président russe Vladimir Poutine, récemment réélu, était tenu informé en temps réel vendredi soir de l'attaque, selon une porte-parole du Kremlin. La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova a dénoncé un "attentat terroriste sanglant" et un "crime monstrueux".

• Les renseignements ukrainiens accusent le Kremlin

La légion Liberté de la Russie, un groupe de combattants russes anti-Kremlin basé en Ukraine, a nié toute implication dans l'attaque armée meurtrière, soulignant qu'elle "ne combat pas les civils russes".

De son côté Kiev, par la voix d'un conseiller de la présidence ukrainienne, avait affirmé plus tôt dans la soirée n'avoir "absolument rien à voir" avec la fusillade, la qualifiant d'"acte terroriste". En outre, le renseignement militaire ukrainien - avant la revendication de l'attaque par Daesh - avait accusé le Kremlin et ses services spéciaux d'avoir orchestré l'attaque pour accuser l'Ukraine et justifier une "escalade" de la guerre.

Article original publié sur BFMTV.com