Après la polémique et la tribune, le gouvernement au secours de Caroline Cayeux

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Lundi 18 juillet, ministres et membres de la majorité ont tenté de passer l'éponge après les propos homophobes tenus par la ministre et ex-sénatrice UMP.

POLITIQUE - Près d’une semaine après les propos homophobes tenus par Caroline Cayeux, ses collègues de la majorité et du gouvernement ont fait front commun, lundi 18 juillet, pour tenter d’éteindre la polémique et justifier le maintien de la ministre des Collectivités territoriales à son poste.

“Madame Cayeux s’est excusée. On passe à autre chose”, a affirmé en matinée le porte-parole du gouvernement Olivier Véran sur France 2, avouant que “personne dans la majorité n’est confortable avec les propos tenus”.

Le 12 juillet sur Public Sénat, la ministre avait maintenu d’anciennes déclarations datant de 2013 “sur le mariage pour tous et l’adoption pour les couples de même sexe, qualifiées de réforme de caprice et de dessein qui va contre la nature”. La ministre avait d’abord dit maintenir ”évidemment [ses] propos”, avant d’ajouter: “j’ai beaucoup d’amis parmi ces gens-là. Franchement, c’est un mauvais procès qu’on me fait et ça m’a beaucoup contrariée.”

Sur Twitter et dans une interview au Parisien, Caroline Cayeux avait ensuite “regretté” ses propos “stupides et maladroits”.

Pas d’exclusion du gouvernement


Selon la majorité, les excuses “très claires” de Caroline Cayeux lui permettent de poursuivre ses responsabilités ministérielles. “Tous les membres du gouvernement sont engagés dans la lutte contre l’homophobie, Caroline Cayeux compris”, a assuré Aurore Bergé, présidente du groupe de La République en marche à l’Assemblée, sur BFMTV. “Nous sommes le groupe politique qui avons voté la PMA pour toutes les femmes et d’ailleurs Caroline Cayeux soutenait cette proposition”, a-t-elle ajouté.

Au micro de RTL, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a botté en touche au sujet d’une exclusion du gouvernement. “Ce n’est pas à moi de décider qui peut ou ne peut pas rester au gouvernement. Ces propos ont profondément blessé. Je pense que Caroline Cayeux a compris. Elle les a retirés”, a-t-il soutenu.

Vendredi, Caroline Cayeux avait aussi reçu le soutien de la Première ministre, pour qui “les choses sont désormais claires”. “Caroline Cayeux, comme le reste du gouvernement, est au travail et concentrée sur sa mission”, a conclu Élisabeth Borne.

Mais cette déclaration de la Première ministre n’avait pas totalement apaisé les choses, l’opposition et les associations LGBT refusent de passer l’éponge. La ministre est toujours visée par une plainte pour “injure publique”, sans compter la publication d’une nouvelle tribune dénonçant vigoureusement ses propos. Dans le Journal du dimanche, dimanche 17 juillet, une centaine de personnalités, dont certaines issues de la majorité comme l’ancien ministre Joël Giraud, ont dénoncé des propos qui “meurtrissent personnellement beaucoup d’entre nous” et qui “mettent à mal nos efforts quotidiens pour faire respecter les principes républicains dans nos territoires”.

À voir également sur Le HuffPost : Caroline Cayeux, de sénatrice anti-mariage pour tous à ministre sur la sellette

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Tribune contre Caroline Cayeux : "Nous réclamons son départ", martèle Patrick Karam, Vice-président de la région Île-de-France

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles