Publicité

Agriculteurs en colère : autoroutes A1, A4, A6, A10, A13, A15, A54... Les perturbations prévues mardi

Les agriculteurs ont débuté leurs opérations de blocage autour de Paris ce lundi. Un mouvement qui devrait se poursuivre dans les prochains jours. Retrouvez le détail des blocages.

Les opérations de blocage des agriculteurs devraient se poursuivre cette semaine. (Photo EMMANUEL DUNAND / AFP)
Les opérations de blocage des agriculteurs devraient se poursuivre cette semaine. (Photo EMMANUEL DUNAND / AFP)

Les agriculteurs à l'assaut de Paris. Malgré les annonces de Gabriel Attal vendredi, les agriculteurs ne désarment pas et passent à la vitesse supérieure avec un blocus en cours de Paris, avec la fermeture de plusieurs autoroutes menant à la capitale.

Certains agriculteurs visent à bloquer le marché de Rungis, lieu stratégique de transit de denrées pour la région, où le ministère de l'Intérieur a déployé des blindés de la gendarmerie pour éviter tout blocage. Paris n'est pas la seule ville ciblée, d'autres métropoles comme Lyon, Bordeaux et Toulouse sont aussi dans le viseur des agriculteurs. Face à la poursuite de la crise, Marc Fesneau promet de nouvelles annonces à destination des agriculteurs mardi.

INFOS EN DIRECT TERMINÉES24 mises à jour
  • À la une

    Les perturbations prévues demain :

    En Île-de-France, le "blocage de Paris" est prévu pour durer, avec des agriculteurs équipés de toilettes mobiles et de barnums pour passer la nuit. Les perturbations devraient se poursuivre sur les axes suivants :

    -A13 dans les deux sens : fermée à hauteur de Mantes-la-Jolie

    -A10 dans les deux sens : fermée à hauteur de Dourdan

    Vers Paris :

    - A1 fermée à hauteur de Chennevières-Lès-Louvres

    - A4 fermée entre Serris et Jossigny.

    - A6 fermée à Villabé

    - A15 fermée à hauteur d'Argenteuil

    - A5a fermée à Réau

    Vers la province :

    - A1 fermée à la hauteur de la commune de Épiais-lès-Louvres (95)

    - A4 fermée à Ferrière-en-Brie

    - A5a fermée à Moissy-cramayel

    - A16 fermée à hauteur de l'Isle-Adam

    Parmi les autres axes qui devraient rester perturbés,

    - En région PACA l’autoroute A7, coupée dans les deux sens entre Chanas et Orange, devrait rester occupée par les manifestants, l’A54 entre Arles et Nîmes dans les deux sens, ou encore l’A9 entre Gallargues et la bifurcation A9/A7 à Orange, dans les deux sens. Sur l'A51, des barrages filtrants sont prévus à partir de 7 h du matin, à La Saulce (Hautes-Alpes) et à Sisteron.

    - En région Auvergne Rhône-Alpes les autoroutes A43, A48 et A480 en Isère, ainsi que l’agglomération lyonnaise devraient connaître des perturbations : l'A7/M7 aux portes de Lyon est ainsi maintenu.

    - En région Occitanie l’A62 entre Montauban et Valence d’Agen dans les deux sens sera coupée à la circulation.

    - En Nouvelle-Aquitaine l’A63 autour de Bayonne, l’A64 dans les Hautes-Pyrénées seront interrompues.

    Le détail des perturbations sur les sites de préfectures de région et le site de Vinci autoroutes.

  • "De nouvelles mesures demain"

    Lors du compte-rendu du conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement indique que de nouvelles mesures seront annoncées demain par Marc Fesneau, ministre de l'Agriculture. Les syndicats doivent être reçus ce soir à 18 heures par le Premier ministre.

  • 6 550 manifestants, 3810 tracteurs mobilisés à 16 heures

    La manifesstation n'a cessé de grossir tout au long de la journée, mais reste nettement inférieure à vendredi dernier. A 16 heures, les renseignements territoriaux, cités par Europe 1, recensaient 6 550 manifestants et 3810 tracteurs, qui mènent des actions dans 54 départements. À noter que le convoi parti d'Agen pour bloquer Rungis est long de 2km. À titre de comparaison, vendredi dernier, on comptait 17 500 agriculteurs qui tenaient 113 lieux de blocage, avant les annonces de Gabriel Attal.

  • Les entreprises qu'Attal avait pomis de "sanctionner très lourdement", en réalité visées que par des "pré-injonctions"

    C'était une des annonces marquantes de Gabriel Attal à destination des entreprises accusées de ne pas respecter la loi Egalim. Vendredi le Premier ministre annonçait qu'il allait "sanctionner très lourdement" trois d'entre elles. En réalité, elles ne sont visées à ce stade que par des "pré-injonctions", a indiqué lundi une source gouvernementale à l’AFP.

  • Le point sur les autoroutes fermées hors-Île-de-France

    Alors que l'attention est focalisée sur les perturbations en Île-de-France, d'autres autoroutes restent perturbés dans le pays, notamment sur l'A7 comme le montre cette catte de Vinci Autoroutes.

  • 3 350 manifestants et 2 270 tracteurs comptabilisés

    Selon un nouveau point des renseignements sur la mobilisation des agriculteurs, dévoilé par un journaliste d'Europe 1, on dénombre 3 350 manifestants et 2270 tracteurs, qui mènent des actions dans 42 départements. Au total, 48 rassemblements et 63 blocages sont comptabilisés par le renseignement.

    À la mi-journée on recensait 25 blocages, répartis dans 16 départements. Au total, 1 710 agriculteurs étaient mobilisés, avec 1206 engins agricoles. Une hausse de la mobilisation qui s'explique par la mise en place des blocages autour de Paris, depuis 14 heures.

    À titre de comparaison, vendredi dernier, on comptait 17 500 agriculteurs qui tenaient 113 lieux de blocage, avant les annonces de Gabriel Attal.

  • Autour de Paris, les agriculteurs prêts à rester plusieurs jours

    Mur de paille sur l'A6, toilettes mobiles sur l'A15 et l'A4, les agriculteurs semblent prêts à rester longtemps sur les autoroutes qui mènent à la capitale, en attendant peut-être de nouvelles annonces de Marc Fesneau dans les prochaines heures.

    "On tient les 8 autoroutes d'île de France, se félicite Cyrille Milard. On va sûrement bloquer jusqu'à jeudi. Si la pression n'est pas assez forte, on pourra aller plus loin dans le blocage", ont confié Cyrille Milard et Yves Coppé FDSEA et des Jeunes agriculteurs de Seine-et-Marine, depuis le point de blocage de l'A5.

  • Karine Le Marchand sur un point de blocage des agriculteurs

    L'animatrice de télévision, présentatrice de l'émission de téléréalité "L'amour est dans le pré" s'est rendue au point de blocage tenu par les agriculteurs sur l'autoroute A4, près de Paris, comme le montrent plusieurs journalistes sur place. Elle a assuré les agriculteurs de son soutien et leur a ramené des croissants.

  • Cinq autoroutes menant à Paris fermées

    Le blocus de Paris par les agriculteurs est effectif, depuis le début d'après-midi.

    Vers Paris :

    - L'autoroute A4 vers Paris est fermée entre Serris et Jossigny.

    - L'autoroute A15 vers Paris entre Argenteuil et Gennevilliers est fermée.

    - L'autoroute A13 est fermée dans les deux sens à hauteur de Mantes-la-Jolie.

    - L'autoroute A5a est fermée vers Paris au niveau de Réau.

    - L'autoroute A10 est fermée dans les deux sens à Dourdan

    Vers la province :

    - L'autoroute A13 est fermée dans les deux sens à hauteur de Mantes-la-Jolie.

    - L'autoroute A10 est fermée dans les deux sens à Dourdan

    - L'autoroute A4 est fermée vers la province à hauteur de Ferrière-en-Brie

    - L'autoroute A1 est fermée vers la province à la hauteur de la commune de Épiais-lès-Louvres.

  • Macron et Attal mobilisés

    Branle-bas de combat au gouvernement. Emmanuel Macron fera un point sur la situation à 15h15, avec le Premier ministre et les ministres concernés : Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Marc Fesneau et Christophe Bechu, annonce l'e

    Le Premier ministre va rencontrer le président de la FNSEA Arnaud Rousseau en fin de journée, à partir de 18 heures, à l'issue du conseil des ministres avancé à ce lundi 16 heures.

  • Début du blocage de Paris, l'A4, l'A6 et l'A15, l'A5 et l'A13 fermées

    Les agriculteurs passent à l'action pour bloquer Paris. Comme le rapporte Sytadin, peu avant 14 heures, plusieurs axes ont simultanément été fermés à la circulation en raison d'une manifestation : l'A6, l'A4 et l'A15. Selon les renseignements, 800 tracteurs sont réunis dans le bassin parisien pour cette opération.

    Face à ces manifestations, plusieurs restrictions de trafic sont prises, notamment sur l'A4.

  • Une mobilisation en baisse ?

    Selon les renseignements territoriaux, cités par BFMTV, on recense à la mi-journée 21 rassemblements, et 25 blocages, répartis dans 16 départements. Au total, 1 710 agriculteurs sont mobilisés, avec 1206 engins agricoles. À titre de comparaison, vendredi dernier, on comptait 17 500 agriculteurs qui tenaient 113 lieux de blocage, avant les annonces de Gabriel Attal.

    Attention toutefois à ces chiffres puisque certaines actions comme le blocage de Paris ne sont prévues qu'à partir de 14 heures, et que plusieurs convois, comme celui parti d'Agen sont en route en direction de Paris, qu'ils espèrent rejoindre d'ici mercredi matin avec 300 tracteurs.

    Le Monde précise que près de 800 tracteurs sont dans le bassin parisien, citant les renseignements territoriaux.

  • Un radar détruit en marge d'un barrage d'agriculteurs

    Nouvelle dégradation en marge d'un blocage d'agriculteurs. Après un bâtiment de la MSA incendié à Narbonne, le bureau des douanes gravement endommagé à Nîmes ainsi que huit véhicules incendiés, c'est un radar qui a été détruit, rapporte 76 actu. Les faits se sont produits samedi dernier, à proximité de Bolbec en Seine-Maritime.

  • La carte des blocages prévus autour de Paris

    À partir de 14 heures, les agriculteurs lancent leur "blocus" de Paris, avec plusieurs points de blocages autour de la capitale. Retrouvez les lieux de blocages prévus sur notre carte.

  • La carte des autoroutes fermées à la circulation

    Vinci autoroutes publie une carte des tronçons d'autoroutes fermés à la circulation en raison des manifestations d'agriculteurs. Au total, une dizaine d'autoroutes est concernée, dont l'A7, mais aussi l'A9, l'A10 et l'A11. Le détail ci-dessous.

  • À Rungis, un barrage filtrant des forces de l'ordre

    Rungis est une des cibles annoncées par les agriculteurs. Un convoi qui compte occuper le marché internationale est parti d'Agen et compte arriver sur place entre mardi soir et mercredi matin. Mais la présidente de la Coordination rurale, Véronique Le Floc’h, a expliqué au micro de BFMTV que l'objectif "n’est pas de rentrer dans Rungis. Ce qu’on veut, c’est montrer l’impact de ne plus avoir d’agriculture en France et essayer de discuter avec des chauffeurs qui viendraient approvisionner le marché" pour "cerner la part d’importation et quel type de produit rentre".

    L'entrée du marché International est filtrée par les forces de l'ordre, qui ont déployé des blindés de la gendarmerie pour en contrôler les accès.

  • 40 actions des agriculteurs ce lundi matin

    Selon un décompte des renseignements territoriaux, dont a eu connaissance BFMTV, 40 actions des agriculteurs sont dénombrées sur l'ensemble du territoire ce lundi matin. Plusieurs lieux de blocage, comme celui de Carbonne sur l'A64 ont été levés dans le week-end, tandis que d'autres agriculteurs ont levé leur blocage pour venir bloquer Paris, à partir de 14 heures, comme les agriculteurs mobilisés autour d'Agen.

    À ces blocages s'ajoute la mobilisation des taxis, indépendante du mouvement des agriculteurs, qui ajoute aux difficultés notamment autour des grandes villes comme Lyon, Bordeaux, Marseille ou Paris.

  • Bloquer Rungis, ce symbole économique et politique

    Le marché international de Rungis est l'une des cibles des agriculteurs, qui comptent bloquer cet endroit dans lequel, en 2022; trois millions de tonnes de marchandises ont transité par Rungis pour un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros, dont le secteur fruits et légumes occupe la plus grande part. Un symbole économique donc, mais aussi politique puisque c'est ici qu'Emmanuel Macron, à peine élu, a prononcé en octobre 2017 son premier discours au monde agricole, rappelle Le HuffPost

    Un symbole souvent ciblé durant les mouvements sociaux : des tentatives - infructueuses - de blocages ont eu lieu durant le mouvement des gilets jaunes, de protestation contre la -première - réforme des retraites de 2019. En 1993, des marins-pêcheurs n'avaient pas tenté de bloquer mais avaient tout simplement saccagé le pavillon de la marée pour protester contre les importations à bas prix de poissons des pays tiers.

  • Fesneau promet de nouvelles mesures "dans les 48 heures"

    Le ministre de l'Agriculture était invité de Télématin, ce lundi, alors que la colère des agriculteurs se poursuit et vise à bloquer Paris. Marc Fesneau a annoncé "de nouvelles mesures d'ici 48 h" et indique qu'il se rendra à Bruxelles "dans la semaine".

    Au cours de cet entretien, il annonce également que 22 des 27 pays de l'UE, dont la France souhaite revenir sur l'obligation de 4% de terres en jachère imposé par l 'UE, une décision qui pourrait se faire "dans la semaine".

  • Pourquoi un blocus de Paris ? Pour affamer les Parisiens, répond un agriculteur

    Les agriculteurs veulent bloquer Paris cette semaine, avec différents points de blocage autour de la capitale, comme sur l'autoroute A11 à Chartres, au sud de Paris. Objectif de ce blocage de l'autoroute A11,

    Interrogé par BFMTV, "le but c'est d'affamer les Parisiens," explique un agriculteur mobilisé à proximité de Chartres.

  • Non, les taxis ne rejoignent pas les agriculteurs

    À Paris, Bordeaux, Toulouse, Nancy, Lyon, Marseille... Dans de nombreuses villes, des centaines de taxis se mobilisent ce lundi matin, perturbant fortement le trafic à l'occasion d'opérations escargots. Une mobilisation qui coïncide avec la mobilisation des agriculteurs, mais qui n'a pourtant rien à voir.

    Les détails sur les raisons de la mobilisation des taxis dans cet article.

  • Comment connaître les perturbations en cours ?

    En Île-de-France : pour connaître les perturbations en cours, la préfecture de Police de Paris recommande le site Sytadin, qui est l'idéal, puisqu'il publie en direct les perturbations sur le réseau routier, mais aussi le site Bison Futé, pour un point de vue national.

    Dans un communiqué, la préfecture "recommande aux Franciliens de privilégier les transports en commun pour leurs déplacements en Île-de-France".

    En région Auvergne-Rhône-Alpes, le site national Bison Futé est recommandé pour suivre les dernières perturbations sur les routes. Les réseaux sociaux de la préfecture de région proposent un suivi des principales perturbations, ainsi que les comptes des différents départements et des préfets composant la région, comme le département de Haute-Savoie, "qui invite à différer tout déplacement non essentiel".

    En région Paca, les réseaux sociaux de la préfecture de région alertent des principales perturbations, et recommande" de différer tout déplacement non indispensable, de privilégier si possible les transports en commun, de privilégier le télétravail, si possible". La site de Bison Futé est l'idéal pour suivre en direct les perturbations sur le réseau routier. Les réseaux sociaux des autoroutes, permettent également de suivre les perturbations sur un axe précis, comme l'A7.

    Dans toutes les autres régions, comme la Bretagne, l'Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine, le Grand Est, la Normandie, le site Bison Futé est l'idéal pour suivre les dernières perturbations, bien que les blocages semblent devoir se concentrer autour de l'Île-de-France et en PACA.

  • Ce qu'il faut retenir :

    - Les agriculteurs ont commencé leur opération de blocage de Paris. L'A4, l'A6 et l'A15, l'A5 et l'A13 sont fermées, près de 800 tracteurs pourraient être mobilisés sur ces opérations, indiquent les renseignements.

    Visualisez les points de blocage autour de Paris avec notre carte.

    - Les annonces de Gabriel Attal vendredi n'ont pas satisfait le monde agricole. Si l'agriculteur Jérôme Bayle, l'un des leaders du début du mouvement avec l'organisation du premier barrage, à Carbonne, a estimé avoir "gagné", les organisations syndicales ont annoncé la poursuite du mouvement ce lundi, après une levée de nombreux blocages ce week-end. Plus de détails dans cet article.

    - Selon les renseignements territoriaux, cités par Europe 1, on recense à 16 heures 6 550 manifestants et 3810 tracteurs, qui mènent des actions dans 54 départements. À noter que le convoi parti d'Agen pour bloquer Rungis est long de 2km. À titre de comparaison, vendredi dernier, on comptait 17 500 agriculteurs qui tenaient 113 lieux de blocage, avant les annonces de Gabriel Attal

    - Face à la poursuite de cette colère, Gabriel Attal s'est de nouveau déplacé dans une exploitation agricole dimanche, où il a annoncé envisager des mesures "supplémentaires" contre la concurrence déloyale d'autres pays et reconnu n'avoir "pas répondu" à "tout le malaise", mais s'est dit "résolu à avancer vite". Marc Fesneau annoncera de nouvelles mesures "dans les 48 heures".

    Face à cette menace, Gérald Darmanin a prévu 15 000 membres des forces de l'ordre mobilisées ce lundi et un "un dispositif défensif important" de Paris et Ile-de-France, avec notamment la mobilisation de blindés de la gendarmerie. Toutefois, le ministre de l'Intérieur a prévenu : "pas d'intervention sur les points de blocage mais sécurisation" par les forces de l'ordre.

    - Au-delà de Paris, des blocages persistent ce lundi matin. Au total, 40 actions sont recensées par les renseignements territoriaux, et Vinci indique qu'une dizaine d'autoroutes est concernée par des coupures ce lundi matin, dont l'A7, l'A11, l'A87, ainsi que l’A6, l’A40, l'A41 et l'A43. Plusieurs opérations escargots sont prévues autour des métropoles de Lyon et Bordeaux notamment.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct pour suivre cette nouvelle journée de mobilisation du monde agricole, qui prévoit notamment un "blocus" de Paris dès ce lundi après-midi.