Publicité

Affaire Jubillar: l'un des hommes qui va être auditionné assure n'avoir "rien à cacher"

Une conversation et trois prénoms qui ont obligé la justice à rouvrir le dossier d'instruction sur la mort de Delphine Jubillar. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse a ordonné un supplément d'information, trois mois après le renvoi de Cédric Jubillar pour le meurtre de son épouse en 2021 à Cagnac-les-Mines. Plusieurs auditions vont être menées dans les prochaines semaines.

"Je n'ai rien à me reprocher"

"Je n'ai rien à cacher, je suis serein", réagit Mathieu auprès de La Dépêche du Midi Mathieu. Ce jeune homme est une ancienne connaissance de Cédric Jubillar. Il a déjà été entendu dans le cadre de la procédure. Mais son nom est apparu dans une conversation téléphonique entre un détenu et sa mère. Cette dernière lui apprend que le mari de l'infirmière devrait être jugé pour son meurtre.

"Mais il n'y a pas de preuves, pas de preuves... Et Sofiane, et Sébastien et Mathieu, ils les connaissent pas!", s'étonne le détenu dans cette conversation. Sa mère lui souffle un "s'ils savaient..." Ces trois prénoms apparaissent dans le dossier comme étant ceux d'amis ou de connaissances de Cédric Jubillar. Rien ne dit toutefois que les personnes évoquées dans cette conversation sont bien ceux des proches de l'artisan-plaquiste.

"Je n'ai rien à me reprocher et je ne vois pas trop ce que mon prénom vient faire dans cette histoire, s'il s'agit bien de moi...", réagit encore auprès du quotidien régional le dénommé Mathieu.

"Discussion sans importance"

Le détenu en question a été incarcéré un temps à la prison de Seysses où a été placé en détention Cédric Jubillar. C'est à cette occasion qu'il aurait entendu le mari aurait évoqué l'affaire et aurait parlé de ces trois amis et connaissances. La mère du détenu évoque une discussion mal interprétée.

"Il s'agissait d'une discussion sans importance avec mon fils mais qui a pris des proportions démesurées", explique-t-elle à La Dépêche du Midi.

Tout comme les trois hommes dont le prénom est cité, la mère a déjà été entendue par les enquêteurs. Elle devrait l'être à nouveau d'ici le mois d'avril.

Article original publié sur BFMTV.com