Publicité

Affaire Alain Delon : Léa Salamé, qui a partagé une conversation avec l'acteur, n'a "pas eu le sentiment que son discernement était aboli"

Invitée dans la matinale de France Inter, ce mercredi 28 février 2024, Anouchka Delon, en conflit avec ses frères Anthony et Alain-Fabien concernant l'état de santé de leur père Alain Delon, a donné une interview pour Léa Salamé. La journaliste a semblé donner raison à son invitée, en confirmant avoir eu une conversation téléphonique avec l'acteur, qui ne lui a pas semblé "manquer de discernement", comme l'affirment ses fils.

French-Lebanese journalist Lea Salame takes part in a press conference held at the start of the 2017/2018 season at the French public service radio broadcaster Radio France's headquarters at the Maison de la Radio in Paris, on August 30, 2017. / AFP PHOTO / BERTRAND GUAY        (Photo credit should read BERTRAND GUAY/AFP via Getty Images)
Affaire Alain Delon : Léa Salamé, qui a partagé une conversation avec l'acteur, n'a "pas eu le sentiment que son discernement était aboli." (Photo credit should read BERTRAND GUAY/AFP via Getty Images)

Ce mercredi 28 février, Léa Salamé recevait Anouchka Delon dans la matinale de France Inter. L'unique fille d'Alain Delon a accepté de venir témoigner de son expérience dans le conflit qui l'oppose à ses frères, Alain-Fabien et Anthony Delon.

Les deux hommes ont affirmé que leur père, qui a fait deux AVC en 2019, et souffre d'un cancer, serait également diminué mentalement. Selon eux, leur soeur Anouchka profiterait de la situation pour le pousser à poursuivre des soins et à mourir en Suisse, où elle réside et où elle n'aurait pas à payer d'impôt sur les successions plus élevé (le régime fiscal en France est plus élevé qu'en Suisse ; ndlr) alors que, d'après leurs déclarations, leur père a émis le souhait d'arrêter ses traitements. De son côté, Anouchka Delon conteste leurs dires, en expliquant qu'Alain Delon a fait lui-même les choix qui concernent sa santé.

Comme elle l'a déjà expliqué sur le plateau du 20H de TF1 ou dans les colonnes du magazine ELLE, Anouchka Delon a de nouveau affirmé que le discernement de son père n'était pas altéré. Pour appuyer son propos, elle a pris à partie Léa Salamé, qui a eu l'occasion de l'interviewer il y a quelques années dans l'émission "Stupéfiant".

Vidéo. La minute d'Alain Delon

"Vous le connaissez personnellement"

"C'est un homme paradoxal, vous l'avez vous-même interviewé", précise-t-elle, en s'adressant à Léa Salamé. "Je l'avais interviewé dans "Stupéfiant" dans une grande interview que j'avais faite à la télévision il y a sept ans, quand je l'avais emmené en Sicile, à Palerme, dans le palais où il avait tourné "Le Guépard" de Visconti, où il n'était pas revenu depuis cinquante ans, et c'est vrai que ça avait donné (lieu) à des confidences très fortes", a confirmé la journaliste.

"Mon père vous le connaissez aussi très bien pour l'avoir interviewé et le connaître personnellement, c'est un homme qui, décide lui-même quand il a quelque chose à dire, ou pas", a indiqué Anouchka Delon. Plus loin dans la conversation, elle a également affirmé que la journaliste avait récemment partagé une conversation téléphonique avec son père. "Anthony dit que son père a perdu son discernement, que son discernement a été aboli", débute Léa Salamé. "Je ne sais pas, qu'est-ce que vous en pensez ? Il me semble que vous l'avez eu au téléphone récemment ? Mon père, vous l'avez eu au téléphone ?" répond Anouchka Delon. "Oui, je l'ai eu au téléphone, mais enfin je ne suis pas experte...", a rétorqué son interlocutrice. "Comment il vous a semblé, vous, d'extérieur ?" a insisté la fille du comédien. "Non je n'ai pas eu le sentiment que son discernement était aboli. En tout cas, il avait du mal à parler, mais on a pu parler quelques minutes effectivement. Voilà, mais après je ne suis pas experte, je suis journaliste", a détaillé Léa Salamé.

"Il ne se soigne plus"

Anouchka Delon a part ailleurs confié qu'Alain Delon ne suivrait plus, à l'heure actuelle, de traitement pour soigner sa maladie : "À partir du moment où mon père lui-même a décidé de ne plus se faire soigner (...) J'ai respecté sa volonté. (...) À partir du moment où il a décidé de ne plus se faire soigner, je me suis reculée. Sauf qu'entre le moment où eux (ses frères ; ndlr) estimaient qu'il n'était plus nécessaire qu'il se fasse soigner et le moment où lui a décidé de ne plus se faire soigner, là-dedans je me débattais toute seule parce que j'avais toujours envie de le faire venir en Suisse." Et d'ajouter : "Il n'a plus la volonté de se soigner. (...) Pour sa maladie, il ne se soigne plus."

La fille d'Alain Delon a également assuré que l'acteur ne souhaitait pas réagir au déballage médiatique dont est victime sa famille : "Mon père n'a pas envie de parler. Il dit : 'Qu'on me laisse crever en paix.' Et ce qu'il se passe, c'est tout sauf le laisser crever en paix."

À lire aussi :

>> Direct - Affaire Alain Delon : Anouchka Delon jugée "antipathique" par ses voisins, l'avocat Christophe Ayela reconnaît un petit mensonge

>> Léa Salamé prise à partie par les remarques sexistes d'un invité : "Et on n'a pas le droit de s'embrasser ?"

>> Léa Salamé : pourquoi elle a choisi de mentir sur son congé maternité