Publicité

Les accidents de chasse sont-ils en hausse ces dernières années ?

Le gouvernement a dévoilé son
Le gouvernement a dévoilé son "plan chasse" lundi 9 janvier. (crédit : getty)

Le gouvernement a annoncé ce lundi des mesures pour mieux sécuriser la pratique de la chasse, qui fait chaque année des victimes collatérales. Quelle est la tendance des dernières années ?

La chasse est ouverte en France depuis le mois de septembre. Et comme à chaque saison, plusieurs accidents parfois mortels sont recensés sur le territoire. Le dernier en date remonte à ce week-end en Haute-Corse. Un chasseur âgé de 85 ans s’est accidentellement tué alors qu’il rangeait son arme dans sa voiture, rapporte France 3. Pour réduire le nombre d’accidents et sécuriser la pratique, le gouvernement planche depuis plusieurs mois sur un plan. La secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Bérangère Couillard, en a livré les détails ce lundi.

La chasse sous "l’emprise excessive de l’alcool" sera désormais sanctionnée d’une contravention, avant la création d’un délit d’alcoolémie par voie législative. L’exécutif va également généraliser une formation à la manipulation pratique des armes pour l’ensemble des chasseurs et prévoit la mise en place d’une plateforme à l’automne pour que les promeneurs puissent identifier les zones et les horaires non chassés. En revanche, la création d’une journée sans chasse n’a pas été retenue, au grand dam des associations anti-chasse.

Une hausse des accidents en 2021-2022, mais une tendance à la baisse

Les accidents de chasse sont-ils marginaux ou reflètent-ils une tendance à la hausse ? L’Office français de la biodiversité (OFB) observe une baisse générale depuis 20 ans “malgré une légère augmentation des accidents” en 2021-2022. Sur cette période, 90 accidents de chasse ont été recensés, dont 8 mortels. C’est un peu plus que l’année précédente, où 80 accidents ont été signalés, dont 7 mortels. Il s'agissait du plus faible bilan depuis 20 ans.

Entre 2001 et 2010, le nombre d'accidents a oscillé entre 146 et 203 par saison, dont 15 à 31 mortels. Sur les 20 dernières années, les victimes d’accidents de chasse étaient en grande majorité des chasseurs (88%), dont une part d’entre eux se blessaient ou se tuaient eux-mêmes avec leurs armes (29%).

La hausse des victimes non-chasseurs

En revanche, la proportion de victimes non-chasseurs a augmenté. Elle s’élevait à 12% en moyenne ces 20 dernières années, contre 26% pour la saison 2021-2022. Parmi les 8 décès liés à des accidents de chasse la saison dernière, deux concernaient des victimes non-chasseurs : une promeneuse de 25 ans, tuée en février 2022 sur un sentier de randonnée du Cantal lors d’une battue au sanglier et un automobiliste de 67 ans tué en novembre 2021 dans sa voiture près de Rennes.

Les principales causes de ces accidents sont le "résultat de fautes humaines liées au non-respect des règles élémentaires de sécurité", souligne l’OFB. Cela va du non-respect de l’angle de tir (30 degrés) lors de la chasse en battue au grand gibier à une mauvaise manipulation d’armes ou aux tirs en direction des routes, des habitations ou des chemins de randonnée.

Même sans accident, un sentiment d’insécurité liée à la chasse se ressent en zone rurale. Le compte Instagram “Un jour, Un chasseur”, suivi par plus de 43 000 personnes, en a fait son crédo et relaie les témoignages de comportements abusifs liés à la chasse.

VIDÉO - Chasseurs, promeneurs : comment cohabiter ?