Aux États-Unis, Donald Trump tente de tirer profit de sa possible arrestation

JOSH RITCHIE / NYT

Dans une série de messages envoyés depuis samedi 18 mars par Donald Trump et ses partisans, l’ex-président américain n’hésite pas à dénoncer la cabale montée contre lui par une “élite internationale”, des membres de “l’État profond” ou encore des “adeptes de la chasse aux sorcières radicalisés”, rapporte le quotidien britannique The Guardian.

L’objectif ? Se faire passer pour la victime d’une “persécution” avant sa possible inculpation par le procureur de l’État de New York, Alvin Bragg, qui envisage effectivement de l’arrêter pour une affaire de paiement versé en 2016 à l’actrice porno Stormy Daniels avec qui Donald Trump aurait eu une liaison en 2006 et 2007, et dont il aurait voulu acheter le silence. Mais un autre objectif est de récolter des dons pour le “Trump Save America Joint Fundraising Committee”, un fonds destiné à financer sa candidature à la présidentielle de 2024.

Si certains de ces messages ont un ton implorant “S’il vous plaît apportez votre contribution pour SAUVER LE PAYS alors que les enjeux n’ont jamais été aussi forts”, d’autres n’hésitent pas “à jouer sur le registre de la conspiration”, note le Guardian. “Si cette persécution politique n’est pas dénoncée, un jour ils ne se contenteront plus de me cibler, c’est vous qu’ils viseront”, peut-on ainsi lire dans l’un de ces courriels, envoyé le dimanche 19 mars.

“Cabale des bandits mondialistes de George Soros”

“Nous traversons des jours sombres, peut-on aussi lire dans un courriel envoyé le lendemain :

L’État profond et la cabale des bandits mondialistes de George Soros pensent qu’en m’inculpant ils peuvent VOUS intimider afin que vous ne votiez pas pour un président qui mettra toujours le PEUPLE en premier.”

Un message qui se termine sur ces mots : “Faites un don de 1 dollar et assurez-vous une place comme membre fondateur de la défense de notre mouvement.”

Pour le quotidien britannique, le fait que Donald Trump tente de renflouer à tout prix ses caisses de campagne s’explique par sa maigre levée de fonds depuis qu’il a annoncé, en novembre 2022, sa candidature à la présidentielle de 2024.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :