Publicité

Zone interdite - "Travailler comme une malade et ne pas pouvoir se nourrir", "Voir ça dans le pays des droits de l’Homme, ça fait mal", "Je gagne tellement mieux au chômage" : un reportage sur les travailleurs précaires scandalise les internautes

Un nouveau numéro de "Zone interdite" a été diffusé sur M6, ce dimanche 28 janvier. Ophélie Meunier et ses équipes ont mis en lumière les travailleurs précaires, qui se tuent au travail, mais qui n'arrivent pas à survivre avec leur maigre salaire. Une soirée "déprimante" pour de nombreux internautes. Et des abonnés de X ont été scandalisés par certaines séquences.

Un reportage de
Un reportage de "Zone interdite" sur les travailleurs précaires a scandalisé les internautes. Capture écran M6

Ce dimanche 28 janvier, un nouveau numéro de "Zone Interdite", présenté par Ophélie Meunier, a été diffusé sur M6. Autant dire que le sujet a intéressé de nombreux Français : "Employés, précaires, fonctionnaires : la France qui travaille mais qui galère". Dans l'hexagone, 13 millions de personnes n’arriveraient plus à vivre de leur emploi. Un chiffre alarmant qui illustre cette triste réalité. Beaucoup sont d'ailleurs contraints de multiplier les emplois pour survivre face aux fins de mois. Ce qui a été pointé du doigt tout au long de l'émission est bien la survie de ces habitants de France, qui n'arrivent même pas à vivre et à manger correctement avec leur bas salaire.

VIDÉO - (Re)découvrez les moments phares de la vie d'Ophélie Meunier :

Pendant un an, les journalistes de "Zone Interdite" ont suivi certains de ces travailleurs précaires. Ils ont notamment mis en lumière Sandra, une agente d’entretien obligée de cumuler deux emplois dans une même journée pour s’en sortir ou encore Sophie, qui est auxiliaire de vie. Cette travailleuse à temps partiel n'est payée que 5 heures, alors qu'elle "travaille" plus de 10 heures par jour. En effet, elle se déplace de maison en maison et son salaire ne démarre qu'une fois arrivée à destination puisqu'elle doit pointer. Les cinq heures passées dans sa voiture, pour se déplacer, ne lui sont en aucun cas rémunérées ou compensées. Au final, elle ne vit qu'avec 700 euros par mois et elle doit élever un enfant toute seule. Comme elle l'a expliqué, elle se prive et ne fait souvent qu'un seul repas par jour pour limiter les coûts.

"Cette société est au bord du gouffre"

Les livreurs vivent aussi des jours compliqués et intenses. Mathieu, lui, n’hésite pas à se mettre en danger sur les routes afin que ses colis arrivent à temps. Chaque astuce est bonne à prendre pour gagner des secondes dans sa journée, dont l'absence de la ceinture de sécurité... En découvrant tous ces parcours et ces injustices, les internautes ont crié au scandale. Pour eux, cette soirée était synonyme de "déprime", mais malheureusement, de réalité. "Voir ça dans le pays des droits de l'Homme, ça fait mal...", a d'ailleurs souligné un abonné de X, pendant qu'un autre a reconnu être "plus payé en étant au chômage". Travailler dur est donc loin d'être synonyme de pouvoir d'achat...

"Les lanceurs d'alerte sont courageux. Je n'aurais pas le même courage que Nathalie"

Par ailleurs, au sein de ce numéro de "Zone Interdite", une autre injustice a été pointée du doigt par les journalistes de M6. Ces derniers ont suivi Nathalie qui travaille au service comptabilité au sein d'ISS. Il s'agit d'une entreprise opérant dans les services d'infrastructures, spécialisée notamment dans le nettoyage. Comme l'a révélé le reportage de M6, Nathalie a participé à des négociations salariales au sein de l'ISS avec la direction. Quand elle a découvert les salaires astronomiques de certains employés, elle est tombée des nues... Cette déléguée syndicale chez Force Ouvrière a fait éclater un scandale au grand jour. Elle a remarqué qu'un chef d'équipe était payé plus de 7000 euros par mois, contrairement aux autres, qui en moyenne touchent 2200 euros. Et il n'était pas le seul... La raison ? Ce dernier est représentant de la CFDT. Elle a alors appris que pour gonfler leur salaire, ces élus du personnel surfactureraient leurs heures de travail. En plus de 140 heures payées pour le nettoyage, ils déclareraient plus de 200 heures de délégations par mois. En représentation, cela signifierait 17 heures de travail par jour, tous les jours de l'année...

Autant dire que cette séquence a rendu un grand nombre d'internautes en colère. Et si les Français ont fait savoir qu'ils en avaient marre de ces institutions, ils ont tenu à saluer le courage de Nathalie, qui a perdu beaucoup en dénonçant ces faits. Pour eux, cette lanceuse d'alerte est "une reine".

Il ne faut pas oublier que ces travailleurs précaires sont les essentiels de notre société.

VIDÉO - "Zone Interdite" : Ophélie Meunier placée sous protection après une enquête sur l’Islam radical