Publicité

Capital - "Le sujet est un peu raciste non ?", "Ça me choque", "Place au racisme décomplexé et aux clichés vulgaires" : le sujet de l'émission considéré comme raciste par les internautes

Lors de la diffusion de leurs sujets autour de la thématique "Chinois de France", Capital a été accusé de promouvoir un racisme anti-asiatique dans la construction de leur reportage.

Sur X, les téléspectateurs de Capital ont trouvé que le thème de l'émission était raciste.
Sur X, les téléspectateurs de Capital ont trouvé que le thème de l'émission était raciste.

L'émission Capital de ce lundi 22 janvier, diffusée sur M6, a t-elle été raciste envers la communauté chinoise ? C'est en tout cas ce qu'affirment certains internautes après la diffusion de ce document qui traite de la rivalité entre le "made in France" et le "made in China". En effet, après avoir diffusé un sujet sur Temu, une plateforme chinoise de shopping discount, Capital se concentre sur un autre sujet : la réussite des Chinois de France.

Julien Courbet introduit le sujet en expliquant que près de 600 000 résidents d'origine chinoise vivent en France. "Alors que ce soit dans la restauration, le textile ou encore les bar-tabacs, ils sont nombreux à connaître une réussite florissante" affirme t-il. Tout au long du sujet, on découvre une nouvelle enseigne made in China qui s'implante en France, une interview de Marco Mouly, célèbre escroc, mais aussi l'explication de la tontine. La voix-off affirme : "Aucun secteur ne leur résiste", "leur maître mot : discrétion et travail acharné".

La minute de Julien Courbet

Les internautes étonnés par le choix du sujet

Dans le sujet diffusé sur M6, la rédaction de Capital a décidé de se concentrer sur les rachats des bars-tabacs par les Français d'origine chinoise. Pour en savoir plus, ils souhaitent partir à la rencontre d'un propriétaire. Seulement un leur répond positivement : Ayden, 28 ans. Ce gérant s'occupe d'un bar-tabac dans le quartier des Folies Bergères à Paris. "Cheveux décolorés, look hyper mode, pas vraiment l'archétype de cette communauté qui se veut discrète" annonce la voix-off. On découvre son business model pour rembourser le prêt qu'il a fait pour acheter son commerce. Il compte en partie sur la "commission tabac" et "la commission FDJ" et une ouverture plus tardive certains jours.

On découvre ensuite une brigade de police destinée à vérifier les origines des fonds des repreneurs. Ce jour-là, un potentiel acheteur de la communauté chinoise éveille leurs soupçons. Pour blanchir leur argent, certains font du rachat de ticket gagnant, une technique apparemment bien connue des policiers. Marco Mouly, célèbre escroc interviewé par l'émission, explique comment il avait affaire à des blanchisseurs chinois. "C'est des gens adéquats, tu peux leur faire confiance (...) C'est mon rêve de ne travailler qu'avec eux" affirme t-il.

Sur X, lors de la diffusion de ce sujet, de nombreux commentaires sur le choix éditorial ont été faits. En transposant le sujet avec d'autres communautés, les internautes ont souhaité prouvé le côté raciste de cette partie de l'émission.

Vidéo. Ce contenu pourrait également vous intéresser