Zone Interdite - "C'est honteux !", "Qu'on leur donne rien !", "Balancez les noms !" : des associations bloquent le versement de l'héritage d'un retraité, les internautes scandalisés

Dans
Dans "Zone Interdite", Jean explique attendre sa succession depuis le décès de son père, il y a quatre ans. (Capture d'écran M6)

Ce dimanche 22 mai, Ophélie Meunier et les équipes de "Zone Interdite" diffusent sur M6 une enquête intitulée "Héritage : cadeau du ciel ou malédiction ?". Procédures à rallonge, coûts exorbitants, conflits familiaux, surprises... l'enquête est une véritable immersion dans ces procédures qui peuvent bouleverser une vie. À l'image de celle de Jean, un commercial à la retraite qui attend une succession bloquée depuis le décès de son père il y a quatre ans. La raison de ce blocage : trois associations ne parvenant pas à se mettre d'accord sur la répartition d'un leg. Une attitude qui a scandalisé de nombreux twittos ce soir.

Ce dimanche soir, sur M6, Ophélie Meunier et les équipes de "Zone Interdite" consacrent un numéro à l'héritage. Pour de nombreux Français, les procédures d'héritage relèvent de véritables cadeaux du ciel ou d'énormes problématiques, au choix. À côté de La Rochelle, en Charente-Maritime, l'équipe de "Zone Interdite" a rencontré Jean. On découvre ce retraité en train d'acheter des viennoiseries pour son fils, Alexandre, venu lui rendre visite pour l'aider à repeindre le plafond de sa maison. Si Jean compte sur son fils pour ses travaux, c'est parce qu'il n'a tout simplement plus les moyens de s'offrir les services d'une entreprise ou d'un artisan : il rencontre des problèmes d'argent à cause d'une affaire d'héritage. Il attend en effet une succession bloquée depuis le décès de son père il y a quatre ans. À cette époque, le retraité a dû verser 50 000 euros de droits de succession au trésor public, soit l'équivalent de trois ans de sa retraite de commercial. Pourtant, depuis le versement de cette importante somme, il n'a pas reçu un seul centime de son héritage s'élevant à 400 000 euros. Jean vient d'emménager dans une maison à rénover de fond en comble (et dangereuse sous certains aspects), il est donc naturellement excédé de se retrouver dans le rouge dans de pareilles circonstances. Depuis quatre ans, l'homme est totalement impuissant et a le sentiment d'être la victime collatérale d'un conflit qui le dépasse.

"Ça donne pas envie de donner !"

La raison de ce conflit ? Tout commence au décès de son père, Gérard, un brillant entrepreneur ayant fait fortune dans la finance. Dans son testament, le père de Jean explique vouloir léguer la moitié de son patrimoine de plus de 800 000 euros à deux associations : l'une vient en aide aux personnes handicapées, l'autre est engagée dans la lutte pour la protection des animaux. Le problème est le suivant : le patrimoine de Gérard n'était pas clairement séparé de celui de sa dernière compagne, Sylvie. Le couple disposait par ailleurs d'un compte commun. Disparue quelques mois avant Gérard, Sylvie choisit de léguer son argent à une fondation luttant contre le cancer. Ainsi, les trois associations ne parviennent pas à se mettre d'accord sur la somme leur revenant. Elles sont donc entrées dans une procédure afin qu'un juge décide de la répartition. La situation étant bloquée, Jean s'est donc retrouvé ruiné. Alexandre, le fils de Jean, est scandalisé quant au comportement des associations : "Au lieu de se contenter de la surprise qu'on leur fait quand on leur donne quelque chose, ils en veulent plus, sans prendre en compte les conséquences que cela peut avoir puisque de toute façon, ces gens-là se sont complètement détachés de l'humain." Cette affaire jouerait même sur l'état de santé de Jean : le retraité a fait un malaise cardiaque.

L'attitude des trois associations en question a particulièrement révolté les internautes ce soir.

VIDÉO - "Je n’ai pas débranché” : Ophélie Meunier fait une confidence sur son congé maternité

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles