Yves Coppens, une vie à la découverte de l'humain

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'hommage de Dominique Leglu, directrice éditoriale de Sciences et Avenir - La Recherche, à Yves Coppens. Le paléontologue et académicien est décédé le 22 juin 2022 à l'âge de 87 ans.

C’était « Le Parrain ». Combien de fois n’a-t-on pas écrit le mot ou un terme proche, comme dans cet édito invitant le public qui l’aimait et qu’il aimait, à accompagner le paléontologue-académicien le plus célèbre de France, à la première d’une très longue série de « Croisières du savoir » organisées par Sciences et Avenir ? On disait s’y réjouir de "renouer avec la belle tradition du voyage de découverte, sous le parrainage de cet ami fidèle de notre magazine qu’est le professeur au Collège de France, Yves Coppens". On savait à l’avance le plaisir qu’il prendrait à ce parrainage en bateau, propice à de multiples échanges avec les croisiéristes complices. Il a d’ailleurs rappelé qu’il avait failli choisir ce titre de « Parrain » pour ce qui aura été son dernier ouvrage (1), paru fin mai - au sens de "celui qui accepte, sur l’honneur, de ‘’prendre dans ses bras’’ une personne ou une cause, un animal ou une plante, un objet ou un lieu".

Yves Coppens et sa gentille concierge

De cette vie qu’il a prise à bras le corps, Yves Coppens pouvait se remémorer tant de détails, sur les humains rencontrés - rois ou princes, artistes ou réalisateurs de cinéma, tastevins ou compagnons de fouilles – sur les lieux parcourus – palais ou champs de fouilles, voyage en avion, hélicoptère ou à bord d’une pirogue, que c’est une autre qualité qui l’a emporté pour titrer le livre : « Une mémoire de mammouth », "jolie expression un peu paléontologisée de… mémoire d’éléphant". Et c’est sous la forme de 36 histoires, où l’humour toujours émerge, qu’il s’est raconté, du bébé de Moussoro au Tchad aux pierres de Crozon en Bretagne, en passant par les Rencontres de Taïmyr en Russie ou les « Croisières du savoir », qui l’ont mené avec les lecteurs de Sciences et Avenir de Malte à l’Irlande, des îles Eoliennes aux Lofoten.

Ponctuel, sans notes, comme s’il avait un parfait chronomètre en tête, il savait exactement tenir une conférence d’une heure pile. On aurait entendu les mouches voler, n’étaient l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles