Yves Coppens, un compagnon de route de Sciences et Avenir - La Recherche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sciences et Avenir - La Recherche
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le paléoanthropologue Yves Coppens, disparu à 87 ans, a régulièrement été interrogé par notre magazine. Il était devenu un ami de Sciences et Avenir - La Recherche. Hommage de la directrice de la rédaction Carole Chatelain.

Il était une présence, une voix à la fois grave et retenue, un sourire, et – surtout - il arborait cette petite étincelle de malice dans les yeux qui le rendait unique. , rendu célèbre par sa co-découverte en 1974 de la non moins célèbre Lucy, l’australopithèque devenue symbole de la naissance de notre humanité. Il était une personnalité chaleureuse, aimant à rire, amoureux des êtres et de la vie. Rien de ce qui était humain ne lui était vraiment étranger.

Yves Coppens, "citoyen du monde"

Tout au long de sa riche carrière, qui le fit passer des menhirs adorés de sa Bretagne natale à l’Afrique rêvée, en arpentant presque toutes les régions du monde, il fit moisson de découvertes, étudiant des milliers de fossiles… Mais il fit aussi son miel de cette aventure humaine peu commune, disant souffrir "d’exotite", cette passion pour le voyage. La mémoire, insondable de celui qui se voulait "citoyen du monde" - et dont l’une des grandes découvertes figure même dans la Constitution du Tchad - n’était pas uniquement composée de connaissances historiques, techniques ou scientifiques dans le domaine dans lequel il excellait : la paléontologie. Elle était également ouverte aux autres disciplines (ethnologie, linguistique, biologie…) qu’il savait rendre accessibles par une foule d’anecdotes et qu’il racontait avec gourmandise.

L’écouter était un régal. Car Yves Coppens avait une qualité rare : il était un grand passeur de sciences, de ceux qui savent transmettre, humblement, leur immense savoir à tous. Voilà pourquoi Yves Coppens, qui aimait à rappeler son surnom enfantin de "Coco le fossile", était depuis de très longues années un compagnon de route de Sciences et Avenir et La Recherche. Disons même un ami. Il fut pour les journalistes de la rédaction – au premier rang desquels nos spécialistes Rachel Mulot et Bernadette Arnaud – un interlocuteur privilégié avec qui nous avons, à maintes reprises, pu offrir à nos lecteurs la grande et la petite histoire de l’humanité. Son portrai[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles