Publicité

Y a-t-il vraiment un lien entre jeux vidéo et violence, comme l'évoque Emmanuel Macron ?

Le chef de l'État a évoqué le rôle des réseaux sociaux et des jeux vidéo dans les violences depuis la mort de Nahel, parlant de certains jeunes qui "vivent dans la rue les jeux vidéo qui les ont intoxiqués".

Photo d'illustration / Getty Images
Photo d'illustration / Getty Images

Après trois nuits de violences depuis la mort de Nahel, 17 ans, tué par un tir policier à Nanterre lors d'un refus d'obtempérer, Emmanuel Macron multiplie les réunions de crise. À l'issue d'une nouvelle cellule interministérielle de crise, et alors que de nombreux magasins ont été pillés et 875 personnes interpellées, le chef de l'Etat a pointé les premières responsabilités.

Durant ce point presse, Emmanuel Macron a pointé du doigt le rôle des réseaux sociaux et des jeux vidéo : "Nous avons vu sur Snapchat, Tiktok et plusieurs autres l'organisation de rassemblements violents se faire, mais (aussi) une forme de mimétisme de la violence, ce qui chez les plus jeunes conduit à une forme de sortie du réel, et on a le sentiment "parfois que certains d'entre eux vivent dans la rue les jeux vidéo qui les ont intoxiqués".

À LIRE AUSSI >> Mort de Nahel : "Ce n'est pas un fait divers mais un fait de société"

Une responsabilité des jeux vidéo fréquemment pointée du doigt lors de drames, comme en février dernier lors de la mort d'une professeure d'espagnol, poignardée par un de ses élèves à Saint-Jean-de-Luz. Sur CNews, Kevin Bossuet pointait du doigt l'usage des jeux vidéo pour tenter d'expliquer le geste du jeune homme. "Les élèves sont sans arrêt sur leurs jeux vidéo en train de jouer à des jeux extrêmement violents, et quand ils se retrouvent dans la vie réelle, ils ne savent plus s'ils sont encore dans le jeu ou s'ils sont encore dans la vie réelle" avait-il lancé sur le plateau, dans une séquence isolée par le compte "Caisse de grèves".

94% des 15-17 ans jouent aux jeux vidéo

Une cible un peu facile, selon les spécialistes. Selon une étude de Médiametrie pour le SELL (Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs), 94% des 15-17 ans jouent à des jeux vidéo. "Les jeux vidéo sont dans la culture populaire aujourd'hui, donc il y a de fortes chances qu'un jeune de 16 ans qui passe à l'acte joue aux jeux vidéo, tout comme il y a de fortes chances qu'il porte des chaussures d'une marque. Pour autant, on ne s'interroge pas sur le lien entre passage à l'acte et le port de chaussures d'une certaine marque", remarque Vanessa Lalo, psychologue clinicienne spécialisée dans les pratiques numériques, les jeux vidéo et leurs impacts.

La question revient souvent sur le devant de l'actualité, notamment lors des fusillades dans les établissements scolaires aux États-Unis, poussant les chercheurs à s'interroger sur un éventuel lien entre jeux vidéo et comportement violent.

"Pas de lien entre un jeu vidéo violent et un comportement violent"

"Les jeux vidéo ne rendent pas violent. Les études ne montrent pas de lien entre un jeu vidéo violent et un comportement violent", nous expliquait en février la spécialiste. En 2019, une étude menée par l'Oxford Internet Institut (en anglais) concluait qu'il n'existait aucune corrélation entre la pratique des jeux vidéo et la violence dans la vie réelle.

À LIRE AUSSI >> Violences policières : Adama Traoré, Cédric Chouviat, Zyed et Bouna… avant Nahel, ces victimes emblématiques

Fin 2020, une autre étude (également en anglais), menée sur une dizaine d'années, enfonce le clou et démontre l'absence de lien entre comportement violent et jeux vidéo. Lancée en 2007 auprès de 500 jeunes d'une dizaine d'années, l'étude menée sur une durée de 10 ans cherche à montrer si le fait de jouer à des jeux violents durant l’adolescence pouvait mener les individus à montrer des comportements violents à l’âge adulte. Dans leur conclusion, les auteurs remarquent que les personnes ayant joué à des jeux violents durant leur adolescence ne sont pas plus violentes que les autres à l’âge adulte.

"Le reflet d'une société violente"

"Le jeu vidéo est le reflet de notre société, donc ils mettent en scène de la violence. Ça ne veut pas dire en tout cas que l’on va développer des problématiques psychiatriques associées ou qu’on va aller passer à l’acte. Quand on regarde les chaînes d'info en continu et que l'on voit les images de la guerre en Ukraine, parfois violentes, on ne s'interroge pas sur un lien entre le fait de voir ces images et un passage à l'acte", prolonge la spécialiste.

"On tape sur les jeux vidéo, mais il faudrait surtout se poser la question de la santé mentale de la jeunesse, de la détection du mal-être ou des premiers signes, et mettre des moyens pour les accompagner et les aider", plaide la psychologue clinicienne.

VIDÉO - Professeure tuée: le suspect évoque "une petite voix qui lui parle"