Publicité

Volodymyr Zelensky estime que le blocus à la frontière polonaise témoigne de "l'érosion de la solidarité"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé ce lundi 19 février que le blocus de la frontière polonaise par des camionneurs et des agriculteurs polonais témoignait de "l'érosion de la solidarité" envers son pays.

"Ce qui se passe à notre frontière occidentale, la frontière avec la Pologne, ne peut être considéré comme normal ou ordinaire" a-t-il déclaré. Cela démontre "l'érosion de la solidarité au quotidien".

Depuis des semaines, les agriculteurs polonais tentent d'empêcher les importations de cargaisons en provenance d'Ukraine, pour protester contre ce qu'ils estiment être une concurrence déloyale.

Une "question de politique"

Cette querelle a tendu les relations entre Kiev et Varsovie, qui a été depuis le début de l'invasion russe l'un des plus fervents soutiens de l'Ukraine.

Le trafic routier avec la Pologne a été depuis le début de cette guerre crucial pour permettre aux entreprises ukrainiennes de continuer à exporter. Mais cela a provoqué la colère des agriculteurs et des entreprises de transport polonais, qui se plaignent des tarifs ukrainiens, avec lesquels ils ne peuvent rivaliser.

"En réalité, ce n'est pas une question de céréales, mais plutôt de politique" a estimé le président Zelensky, assurant que seuls 5% des exportations agricoles de son pays traversaient la frontière polonaise.

Six postes-frontières sont bloqués du côté polonais, a déclaré lundi le ministre ukrainien des Infrastructures Oleksandr Kubrakov, estimant sur Facebook qu'il s'agissait d'une "menace directe pour la sécurité d'un pays contraint de se défendre".

"Ils bloquent tout. Certains camions transportent du carburant. Il y a quelques jours, des manifestants ont empêché le passage de plusieurs camions chargés d'armes", a déclaré Oleksandr Kubrakov dans une interview à la télévision publique ukrainienne.

Selon un responsable polonais, environ 600 camions attendent de passer de Pologne en Ukraine au poste-frontière de Dorohusk.

Selon Michal Derus, porte-parole des douanes de la ville polonaise de Lublin, deux douzaines de camions ont franchi la frontière avec l'Ukraine pendant la nuit, mais "aucun camion n'est entré en Pologne". "On peut donc supposer qu'il s'agit d'un blocus complet", a-t-il ajouté.

La situation devrait encore s'aggraver mardi, quand les agriculteurs polonais ont prévu d'appeler à un blocage complet de la frontière entre les deux pays.

Article original publié sur BFMTV.com