Violences policières. Un an après la mort de George Floyd, “les réformes se font attendre” aux États-Unis

·1 min de lecture

Le 25 mai 2020, le meurtre de l’Africain-Américain de 46 ans, tué par un policier blanc, avait déclenché des manifestations aux États-Unis et dans le monde. Un an plus tard, les avancées contre le racisme et les violences policières sont contrastées, note la presse américaine.

C’est un “sinistre anniversaire” pour l’Amérique, ce 25 mai, assure le Washington Post : l’assassinat de George Floyd, tué par un policier blanc, il y a un an jour pour jour à Minneapolis. Sa mort, filmée par une adolescente, avait suscité débats et indignation dans le pays, notamment de la part du mouvement antiraciste Black Lives Matter. Le policier Derek Chauvin a depuis été reconnu coupable de meurtre.

“Le mouvement Black Lives Matter — qui est monté au créneau après les meurtres de George Floyd, de Breonna Taylor et d’autres — a milité pour des réformes qui dépassent largement celle de la police”, précise le New York Times. Ses membres ont ainsi mis en avant le “racisme systémique” de nombreuses institutions américaines, un terme repris par le président Joe Biden après la condamnation de Derek Chauvin. Le président a d’ailleurs invité les proches de George Floyd à le rencontrer à la Maison-Blanche, ce mardi. Plusieurs grandes entreprises américaines, comme Coca-Cola et Delta Airlines, ont également exprimé leur soutien à la famille. D’autres se sont engagées à valoriser la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles