Publicité

Violences conjugales: Aurore Bergé promet le versement de 600 euros par la CAF pour les victimes

Une aide financière d'urgence versée par les CAF pour permettre aux victimes de violences conjugales de quitter leur domicile, adoptée en février par le Parlement, sera mise en place au 1er décembre, a précisé lundi la ministre des Solidarités Aurore Bergé. Le délai devrait être de trois à 5 jours.

"À partir du 1er décembre, on va généraliser ce qui a été voté à l'Assemblée qui est une aide d'urgence", a déclaré Aurore Bergé sur France Inter.
"Dans toutes les CAF (Caisses d'allocations familiales, ndlr) dans notre pays, qui sont très bien identifiées, ou en ligne", une victime de violences conjugales "pourra demander une aide d'urgence qui lui sera automatiquement versée, minimum de 600 euros", a-t-elle ajouté.

Une aide en "trois à cinq jours maximum"

"Et ensuite surtout évidemment, ce n'est pas juste une aide financière, c'est aussi être accompagnée, être soutenue" pour "garantir que le départ soit un départ réel". Une femme victime, à partir du 1er décembre, "elle appelle sa CAF, elle se rend dans sa CAF, elle va sur le site internet de la CAF, et elle aura accès dans les trois à cinq jours maximum à une aide d'urgence", a-t-elle précisé.

"Quelqu'un derrière un guichet" pour accueillir les victimes de violences conjugales

Interrogée sur les difficultés éventuelles à joindre la CAF, Mme Bergé a souligné qu'"il y a des agents quand même et qui sont heureusement compétents et efficaces" dans les CAF et qu'il "y a différents moyens de joindre la CAF, il y a les appeler, il y a aller sur place, il y a aller sur internet".

"D'ailleurs on augmente le nombre de personnes dans les CAF pour qu'il y ait un accueil beaucoup plus humain aussi et pour qu'on ait justement enfin quelqu'un au bout du fil, quelqu'un derrière un guichet, quelqu'un qui accompagne", a-t-elle poursuivi.

Des violences en hausse de 15%

Le Parlement avait adopté en février un texte instaurant cette aide financière d'urgence afin de permettre aux victimes de quitter leur domicile pour se mettre à l'abri, devant entrer en vigueur "au plus tard neuf mois après sa promulgation".
Quelque 244.300 victimes de violences conjugales, en grande majorité des femmes, ont été recensées par les forces de l'ordre en France en 2022, une hausse de 15% par rapport à 2021, interprétée par les associations comme le signe d'une meilleure prise en compte de leur parole.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Le congé parental bientôt mieux rémunéré?