Vidéo. Le coup d’envoi de la vaccination contre le Covid-19 hué à l’Open d’Australie

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

L’Australie a commencé dimanche 21 février sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Deux incidents ont toutefois perturbé ce démarrage : des manifestations organisées contre les vaccins, et un discours de la gouverneure de l’État de Victoria conspué par la foule lors de la finale de l’Open d’Australie de tennis.

La gouverneure de l’État de Victoria n’a pas pu aller au bout de son discours. Alors que se tenait dimanche 21 février la finale de l’Open d’Australie, Jayne Hrdlicka s’est exprimée pour saluer le démarrage imminent de la campagne de vaccination en Australie, au lendemain de celle du voisin néo-zélandais. Mais le public du célèbre tournoi de tennis ne l’entendait pas de cette oreille, et les propos de la gouverneure ont été interrompus par des quolibets, des sifflements et des huées.

À lire aussi: Organisation. Open d’Australie : comment le pays a repris le Covid-19 de volée

C’est au moment où le mot “vaccination” a été prononcé que les cris ont fusé dans la foule, comme le montre cette vidéo relayée par la chaîne Sky News Australia :

Une réaction “condamnée par le vice-Premier ministre, Michael McCormack”, relate la chaîne australienne : ce dernier a dénoncé “une attitude écœurante”. En outre, des manifestations contre la campagne de vaccination ont été organisées le week-end dernier dans plusieurs villes australiennes “parmi lesquelles Brisbane, Sydney et Melbourne”, rapporte la BBC. Certains protestataires clamaient le slogan “My body, my choice”, initialement utilisé pour défendre le droit des femmes à l’avortement, et ces manifestations ont rassemblé plusieurs milliers de personnes à travers le pays.

Cité par la chaîne britannique, un protestataire déclarait par exemple :

Je m’en moque, si vous voulez vous faire vacciner, faites-le, mais ne me forcez pas à le faire !”

En Australie, les injections sont gratuites et non obligatoires,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :