Vidéo. “Chaque fois que le débat sur l’avortement est relancé, je pense à elle”

·2 min de lecture

Reconnu à l’échelle nationale depuis près de cinquante ans, le droit à l’avortement est en péril aux États-Unis. Le pays serait-il en train de faire un bond en arrière ? Joyce Johnstone, une Britannique âgée de 78 ans, a connu l’époque où l’avortement était illégal. Émue par les débats en cours de l’autre côté de l’Atlantique, elle a adressé son témoignage au Los Angeles Times.

Joyce Johnstone est née en 1943. Elle a grandi dans une Angleterre où avorter était une pratique illégale. Aujourd’hui, Joyce Johnstone est dévastée de voir que le droit à l’avortement est de nouveau menacé dans un pays comme les États-Unis. Elle témoigne, dans une vidéo publiée par le Los Angeles Times.

Quand j’avais 15 ans, l’une de mes camarades de lycée, dans la classe au-dessus de moi, est décédée après un avortement clandestin. C’était en 1958 et, à l’époque, cette pratique était encore interdite en Angleterre. Cet événement tragique m’a sidérée. Chaque fois que le débat sur l’avortement est relancé, je pense à elle.”

Quand elle a appris que le droit à l’avortement était remis en cause dans certains États du pays, elle a décidé d’écrire au Los Angeles Times, bouleversée, afin de partager son histoire et son point de vue.

Le meilleur moyen de résoudre la question serait de ne plus avoir besoin d’avortement du tout, mais ça n’arrivera jamais, alors autant faire ça légalement pour que les femmes puissent avoir le choix et ne mettent pas leur vie en danger.”

Tout au long de son témoignage, Joyce Johnstone rappelle que si à l’époque l’avortement avait été légal, la jeune fille qu’elle a connue n’aurait probablement pas perdu la vie, comme toutes les autres à qui cela est arrivé.

À lire aussi: États-Unis. Le Texas, laboratoire d’une Amérique réactionnaire

Comme le mentionne la vidéo, “la Cour suprême semble pencher pour un durcissement des conditions d’avortement, et pourrait

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles