Publicité

Des victimes des "Bonnie and Clyde de l’escroquerie" racontent comment elles sont tombées dans leur piège

"Le monsieur ne le sait pas, mais je suis déjà allée chez lui, si j'avais su..." Assise dans le public venu assister au procès de Michael B. et Céline L., Maria* n'en revient toujours pas. Elle a côtoyé le couple pendant plusieurs mois alors que leurs enfants étaient licenciés dans un club de rugby réputé de la région parisienne. Elle s'est rendue, avec sa famille, à Montfort-l'Amaury (Yvelines) dans ce qu'elle pensait être leur maison.

Michael B. et Céline L. ont été condamnés le jeudi 29 février par le tribunal correctionnel de Versailles pour escroquerie. Lui, qui présentait déjà 10 condamnations sur son casier judiciaire, a écopé de quatre ans de prison, dont deux ans ferme. Son épouse, responsable d’un service social au sein d'une caisse primaire d'assurance maladie, s'est vue prononcer une peine de 18 mois de prison, dont six mois ferme aménageables.

Le couple était jugé pour deux affaires: le squat d'une maison ancienne à Monfort-l'Amaury et celui d'un château à Emancé (Yvelines), dans lequel d'importantes dégradations ont été faites, en novembre 2022 et juillet 2023. Un point commun aux deux affaires: les propriétaires voient en Michael B. et Céline L. des acheteurs providentiels pour leur bien en vente depuis plusieurs mois.

Une bonne impression et l'engrenage s'enclenche

Pierre* a mis en vente sa maison à Montfort-l'Amaury pour s'acheter un autre bien. Quand Michael B. se présente, il est rassuré. Ce dernier lui fait bonne impression, comprend parfaitement les contraintes à reprendre la SCI qui détient la bâtisse de 5 étages, des anciens cachots. Le père de famille accepte de laisser le couple et leur fils s'installer en attendant que les fonds pour la vente fixé à un million d'euros soit rapatriés de Grande-Bretagne où Michael B. dit détenir une entreprise.

"Il n’a pas négocié le prix de vente, ça me paraissait logique de les laisser pendant un mois", explique au tribunal Pierre, visiblement encore sous le choc de toute cette histoire. Ce mois se transforme en deux puis trois, puis sept, sans qu'aucun loyer ne soit payé ou sans que la vente ne soit finalisée.

"Ils m'ont dit 'maintenant on est chez nous, parce qu’on a mis les compteurs d'électricité à notre nom'", se souvient Pierre.

"C'est une propriété qui me tenait à cœur. M’entendre dire que je ne pourrai jamais leur dire de partir, c’était dur." Pierre finira par récupérer son bien, non sans mal. "J’y suis allé un soir avec des amis en étant tétanisé de peur", explique le quinquagénaire à belle allure.

"On a changé les serrures, j'ai fait de la maison une forteresse, on s’est relayé jour et nuit." Le propriétaire a pris en charge les frais de déménagement des meubles du couple ainsi que la location d'un box pour les stocker. Des sommes avancées qu'il n'a jamais récupérées.

Un château et de gros travaux

Gabrielle B. avait mis en vente le château de Sauvage en 2018, après y avoir vécu plusieurs décennies. "C'était le projet de son mari de s’occuper d’une réserve d’animaux", raconte-t-elle au tribunal.

"Après son décès, je ne peux plus tenir cette réserve. J’ai fermé boutique en 2017. J’étais contente quand j’ai parlé avec monsieur, qu’il soit vraiment intéressé, qu’il voulait faire quelque chose du château." Là encore le montant de la vente est fixé: 7,5 millions d'euros pour le château, 500.000 pour les meubles et 600.000 pour les animaux de la réserve.

À cette propriétaire d'origine allemande, Michael B., qui se présente en mars 2023 sous son second prénom, Marcel, et sous le nom de son épouse, lui vend le projet d'installer sur le terrain son usine de gobelets qui se remplissent par le fond, mais aussi un restaurant et un hôtel. "Mon but était de trouver des investisseurs", se défend Michael B. à l'audience. À Gabrielle, il prétend ne pas pouvoir la payer immédiatement, en raison des délais pour rapatrier sa fortune de Grande-Bretagne.

L'argent ne vient pas mais en juillet, la propriétaire se rend compte que le couple a vendu une bonne partie des meubles, du mobilier ancien bradé chez des antiquaires de Chartres ou des puces de Saint-Ouen. Sans un centime sur ses comptes en banque, interdit de détenir une entreprise en raison de ses anciennes condamnations, Michael B. qui ne fait que quelques missions comme ingénieur du son, a aussi fait réaliser des travaux à l'intérieur du château aux décorations d'époque, sans l'accord de la propriétaire.

"Les dégradations, on ne peut pas récupérer, on ne peut pas changer une tapisserie, dénonce Gabrielle B. Les boiseries ont été peintes en blanc. C’était des boiseries spéciales, du cerisier. Les boiseries, c’est foutu, les tapisseries, c’est foutu."

L'apparence banale, un ressort de l'arnaque

Comment expliquer que ces deux propriétaires, avertis, en pleine maîtrise de leurs capacités, ont pu se faire embobiner? "Ça peut arriver à tout le monde, même à moi", martèle Pierre, encore surpris de s'être fait avoir. D'ailleurs, Michael B. a également laissé une ardoise de 23.000 euros à un célèbre cabinet d'avocats.

Même si le couple d'escrocs est d'apparence banale, des témoins parlent de gens "qui présentent bien". Ils arrivent au volant d'"un gros SUV". Monsieur dit être à la tête d'une entreprise en Grande-Bretagne, Madame se dit agent au ministère de l'Intérieur, avec une "belle place à la brigade des mineurs".

"Nous sommes tous tombés dedans, se désole la propriétaire d'Emancé. Tout le monde est tombé dans l’escroquerie.

Il a tout fait pour nous persuader qu’il achète le château. C'est un beau parleur!"

"Il me rassurait"

D'autres que ces deux victimes peuvent en témoigner. En août 2022, quand Jean-Marc est contacté par Marcel L. au sujet de la petite annonce concernant la vente de sa péniche, il explique vouloir l'acheter pour le transformer en studio d'enregistrement pour participer à la sonorisation des Jeux Olympiques. Le projet est alléchant. Une promesse d'achat est faite, sans négocier, pour 400.000 euros. Un expert est missionné pour s'assurer de l'état du bâtiment. Coût de l'expertise 1.500 euros.

Jean-Marc est mis de côté, Michael B. négocie avec l'expert et l'entreprise de chantier. L'argent de la vente ne vient pas mais les travaux sont lancés pour doubler la coque.

"Je me suis dit que si le chantier était lancé, je pouvais lui faire confiance", souffle-t-il.

Rapidement, le responsable du chantier, bien connu dans le monde fluvial, le contacte pour savoir s'il a été payé. Les travaux sont terminés et lui non plus n'a pas reçu le moindre versement. "Il travaille par épisode, d'abord le propriétaire, puis il le met de côté, puis l'expert, puis le chantier", résume Jean-Marc, amer.

"Il se renseigne bien en amont pour préparer ce qu'il va dire et quand les informations ne sont pas sur la place publique, s'il est en difficulté, il sait rebondir en se réappropriant à son compte ce que vous lui avez dit", explique le propriétaire de la péniche. "Il vous sort des noms assez prestigieux, du monde de la voile, il me disait que son avocate se trouvait rue du Faubourg Saint-Honoré. Il me rassurait."

Jean-Marc se voit aujourd'hui réclamer par un chantier naval 160.000 euros. "Je ne suis pas sûr de pouvoir garder mon bateau", souffle-t-il.

"Je n'arrive pas à m'en sortir"

À l'audience le 29 février dernier, Michael B., tout en reconnaissant ses torts, s'est défendu "d'avoir voulu faire du mal aux gens". Céline L. a chargé son mari, l'appelant "monsieur" et assurant qu'il était derrière les manœuvres frauduleuses. Une version dénoncée par les victimes du couple. Plusieurs témoins l'ont décrite comme "menaçante". "Sa femme m’a appelé pour dire plusieurs fois que le virement avait été fait", a témoigné un jeune artisan.

Ce jeune travailleur est âgé de 22 ans. Son entreprise était toute récente quand il a été contacté par Michael B. et Céline L. pour réaliser des travaux sur la grille d'entrée du château de Sauvage. Coût du chantier qui a duré trois mois: 7.000 euros que l'artisan n'a toujours pas perçus. "Je me retrouve endetté, souffle-t-il. Je suis en négatif sur mon compte. Je ne sais pas comment je vais m’en sortir. Quand j'ai fait les travaux, je venais d’embaucher un employé. Ca fait un an que je me stabilise mais je n’arrive pas à m’en sortir."

Un autre artisan fait état d'une facture de 13.000 euros. Pierre, le propriétaire de Montfort-l'Amaury, a payé les factures laissées par le couple. "C'est difficile pour moi de dire aux entreprises que je suis une victime", se désole-t-il.

Combien d'autres victimes?

Michael B. et Céline L. ont été condamnés à indemniser leur victime. Mais audelà du préjudice financier persiste le choc moral. Me Sébastien Journé, avocat de Gabrielle B., a salué le fait que les victimes du couple ont dépassé leur "honte" de s'être fait avoir en témoignant contre eux. "C'est une maison que j'aime par dessus tout, s'émeut Pierre, le propriétaire de Monfort-l'Amaury. "Savoir que j’ai des étrangers qui n’achèteront pas ma maison, qui vivent dans ma maison, qui me menacent dans ma maison, oui j’en ai pas dormi de la nuit. J’en ai pas parlé à mes enfants."

Nombreux sont ceux à avoir cru en un Michael B. chef d'entreprise installé en Grande-Bretagne ou en une Céline L., policière haut placée ou agent du rectorat de Versailles. Quand ils ont été interpellés, ils logeaient dans une maison sur l'île d'Oléron appartenant à un chef d'entreprise. Là encore leur stratagème avait fonctionné.

Jean-Marc, le propriétaire de la péniche a porté plainte pour "escroquerie" contre Michael B. La salle d'audience du tribunal de Versailles était bondée de personnes qui ont croisé la route du couple. Dans les mois qui viennent, Michael B et Céline L. pourraient être inquiétés pour d'autres faits.

* Les prénoms ont été modifiés.

Article original publié sur BFMTV.com