Publicité

Var: "l'arnacœur" qui dépouillait ses conquêtes Tinder condamné à deux ans de prison ferme

L'arnaqueur de Tinder sous les verrous. Un homme de 32 ans a été condamné ce mercredi à deux ans de prison ferme et 10.000 euros d'amende pour "vol" et "escroquerie" par le tribunal de Paris, a appris BFMTV.com, confirmant une information de France Bleu Provence.

Aurélien A. charmait ses victimes sur des applications de rencontre en prétendant être un riche héritier. Utilisant des pseudonymes comme "James Jacob Kempinski" ou "Charles Kabla Schneider", il gagnait leur confiance avant de les dépouiller. Un mode opératoire qui lui a valu le surnom d'"arnacœur".

Multirécidiviste, il a déjà été arrêté et emprisonné en 2019, dans le Var, avant de recommencer à sa sortie de prison. C'est à Paris qu'il a de nouveau été interpellé, en août dernier.

Mariage à Monaco

À la barre du tribunal, une de ses dernières victimes, une femme d'affaires travaillant à Amsterdam, a raconté comment elle était tombée sous le charme de l'homme lors d'un séjour professionnel à Bruxelles.

Après ce qu'elle décrit comme un "coup de foudre", il était venu s'installer chez elle, prétextant s'être fait voler ses papiers et sa carte bleue pour vivre aux crochets de sa victime. Ce beau parleur lui faisait miroiter un mariage à Monaco, un projet pour lequel elle avait engagé des frais.

Le faux amant était finalement parti brutalement, en lui volant son sac et la somme de 3600 euros avec ses cartes bancaires.

Aurélien A. est visé par d'autres procédures. Il devra notamment être jugé à Lyon en 2024 après avoir essayé d'acheter une voiture avec des chèques volés, selon France Bleu. Les enquêteurs belges aussi ont émis un signalement à son encontre pour "vol", "recel", "escroquerie" et "usurpation".

Article original publié sur BFMTV.com