Val-de-Marne : polémique après la mise en vente d'un requin-renard dans un hypermarché Leclerc

·2 min de lecture
Le requin de la discorde (DR/Facebook/Sea Shepherd France) (Rodolphe Desseauve)

Après la publication par plusieurs internautes de photos montrant qu’un spécimen d’une espèce menacée de requin était mis en vente dans la poissonnerie de son hypermarché de Vitry-sur-Seine, l’enseigne de grande distribution s’est retrouvée sous le feu des critiques.

Un requin qui reste en travers de la gorge. Depuis mercredi, le géant de la grande distribution Leclerc fait face à de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, après que plusieurs internautes se sont indignés de la mise en vente, dans l’hypermarché de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), d’un requin-renard, une espèce menacée.

Une espèce menacée dont la pêche est interdite, mais...

Comme l’a rapidement rappelé sur Facebook l’association de défense de la vie marine Sea Shepherd, le “requin-renard est une espèce menacée dont la pêche ciblée est interdite”. Pour autant, Leclerc n’est pas dans l’illégalité en commercialisant ce poisson, puisque sa vente est autorisée dans les cas de pêche accidentelle.

Pour Sea Shepherd, c’est précisément ce flou légal qui pose problème : “Si les captures accidentelles ne sont pas sanctionnées et qu'il est légal de les commercialiser, le manque d'éthique et l'irresponsabilité des professionnels avides de profits ne doivent plus être ignorés. Une interdiction de pêche ciblée sans interdiction de commercialisation n'est en rien une mesure de protection.”

Leclerc s’excuse et retire le poisson de la vente

Devant l’ampleur de la polémique, Leclerc a en tout cas rapidement procédé au retrait du produit. “Le poisson a été retiré de la vente sitôt l’information portée à la connaissance de nos équipes, explique la marque dans un communiqué publié sur Facebook. Une enquête interne a été ouverte pour comprendre comment une telle erreur avait été possible.”

L’enseigne de grande distribution a également assuré qu’elle allait demander des explications au fournisseur responsable de l’arrivage de ce requin-renard. En dépit de cette tentative de faire bonne figure, l’histoire fait forcément tache, alors que, comme le relève LCI, Leclerc se targue depuis quelques années de s’engager “en faveur de la pêche durable et de l'aquaculture responsable”.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles