Vérification de l’âge des utilisateurs sur Internet : de nouvelles technologies mais pas de solution miracle

© AFP

Les technologies de vérification d’âge sont en plein boom. Face à la ­multiplication des acteurs, un consortium européen travaille à les rendre interopérables.

Alors que, pour les jeux d’argent, le contrôle de l’accès aux sites est validé en amont après un audit par l’autorité de régulation, pour ceux à contenu pornographique il s’opère lorsque l’internaute s’y connecte. Les technologies de vérification d’âge sont en plein boom : ce marché pourrait peser 4 milliards d’euros en Europe d’ici cinq à sept ans. La plupart passent par un site tiers qui analyse l’identité (grâce à une carte bancaire, une pièce d’identité ou une photo) et la transmet au site demandeur.

Face à la ­multiplication des acteurs – AgeID, Yoti ou encore My18Pass, solution déjà utilisée en France –, un consortium européen travaille à les rendre interopérables. Reste qu’il est toujours possible pour un mineur d’emprunter la pièce d’identité ou la carte de crédit d’un adulte. Et qu’il n’existe pas de solution miracle pour vérifier l’âge sans demander l’identité complète de l’internaute. « Sur Internet, personne ne sait que vous êtes un chien », pointait un dessin humoristique dans le New Yorker en 1993. C’est toujours vrai.

Retrouvez cet article sur LeJDD

VIDÉO - Ovidie : "Ils ont été biberonnés au porno tourné sans capote, il ne faut pas l'oublier"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles