Ukraine : démissions et remaniement après un scandale de corruption

Ukraine : démissions et remaniement après un scandale de corruption

Une série de hauts responsables ukrainiens ont été démis de leurs fonctions mardi dans la foulée d'une affaire de corruption concernant des approvisionnements de l'armée, premier scandale de cette ampleur depuis le début de l'invasion russe.

Au total, cinq gouverneurs régionaux, quatre vice-ministres et deux responsables d'une agence gouvernementale vont quitter leurs postes, en plus du chef adjoint de l'administration présidentielle et du procureur général adjoint.

Le président Volodymyr Zelensky avait annoncé dès lundi soir "des décisions relatives au personnel" concernant "des cadres de différents niveaux dans les ministères et autres structures du gouvernement central, dans les régions et dans le système d'application de la loi".

Cette vague de départs arrive au moment où Kyiv réclame à ses alliés occidentaux, dont le soutien militaire et financier est crucial, des centaines de chars modernes et d'autres armements pour une nouvelle offensive sur le front.

A l'origine du remaniement, un scandale portant sur un contrat signé par le ministère de la Défense à un prix présumé surévalué et portant sur les produits alimentaires destinés à ses soldats. Selon une enquête du site d'information ZN.UA, ce contrat de 13 milliards de hryvnias (environ 324 millions d'euros) a été passé avec des prix "deux à trois plus élevés" que les tarifs actuels en vigueur pour les produits alimentaires de base.

Vacances en Espagne

En conséquence, le vice-ministre de la Défense Viatcheslav Chapovalov, en charge de l'appui logistique des forces armées, a été démis mardi de ses fonctions.

Pourtant, lundi, le ministre Oleksiï Reznikov avait assuré que le scandale relevait d'une "attaque informationnelle artificielle" fondée sur un "faux prétexte".

Si aucun lien n'a été établi entre les autres responsables sur le départ et ce scandale, certains ont été accusés ces derniers mois d'autres infractions ou faux pas.

Le chef adjoint de l'administration présidentielle Kyrylo Tymochenko, l'un des rares collaborateurs du président présent depuis son élection en 2019 et qui supervisait notamment des projets de reconstruction, a été accusé en octobre d'avoir utilisé un véhicule tout-terrain donné à l'Ukraine par le groupe américain General Motors. Après ces révélations, il avait assuré avoir transmis le véhicule aux besoins du front.

AFP
Photo du chef adjoint de l'administration présidentielle ukrainienne Kyrylo Tymochenko avec sa lettre de démission. - AFP

Le procureur général adjoint Oleksiï Simonenko a lui été accusé d'être récemment parti en vacances en Espagne alors que les déplacements à l'étranger, sauf à des fins professionnelles, sont interdits pour les hommes en âge de combattre.

Les gouverneurs des régions de Dnipropetrovsk (centre) Valentin Reznitchenko, de Zaporijjia (sud) Oleksandre Staroukh, de Soumy (nord) Dmytro Jivytsky, de Kherson (sud) Iaroslav Ianouchevitch et de la capitale Kyiv, Oleksiï Kouleba, ont aussi quitté leurs postes.

Fraude sur les générateurs

M. Reznitchenko a été accusé par plusieurs médias en novembre d'avoir attribué des contrats sur la réparation de routes portant sur des dizaines de millions d'euros à un groupe co-fondé par sa petite amie travaillant comme coach de fitness.

Selon des informations de presse, son nom et celui de ses collègues des régions de Soumy, Kherson et Zaporijjia figurent dans des enquêtes judiciaires.

M. Kouleba pourrait lui, selon la presse, rejoindre l'administration présidentielle.

Enfin, Anatoliï Ivankevitch et Viktor Vychniov, tous deux chefs adjoints du service ukrainien des transports maritimes et fluviaux, ont également été démis de leurs fonctions.

D'autres limogeages avaient précédé les départs de mardi en Ukraine, pays classé à la 122e place sur 180 sur l'indice de perception de la corruption de l'ONG Transparency International en 2021.

Dimanche, le ministre adjoint des Infrastructures Vassyl Lozinsky avait été arrêté, accusé d'avoir reçu un pot-de-vin de 400 000 dollars pour "faciliter" l'achat de générateurs à des prix gonflés, alors que le pays est confronté à de vastes coupures d'électricité suite aux frappes russes contre ses infrastructures énergétiques.

Pavlo Galimon, le chef adjoint du parti présidentiel "Serviteur du peuple", a lui été limogé lundi, sur fond d'accusations de corruption liée à l'achat d'une propriété à Kyiv pour un montant supérieur à ses revenus déclarés.

L'UE a fait des mesures anticorruption une réformes clé devant être mise en œuvre par l'Ukraine si elle souhaite accéder au statut de candidat à l'adhésion au bloc européen.