Publicité

UFC: nouveau roi des -66 kg, Topuria va négocier la nationalité espagnole avec le Premier ministre

S’il revendique la double nationalité, et qu’il a grandi adolescent en Espagne, le combattant hispano-géorgien Ilia Topuria ne jouit pas encore de la nationalité espagnole. Reçu sur le plateau de l’émission El Hormiguero pour ce KO spectaculaire qui lui a permis de détrôner le maître des poids plumes Alexander Volkanovski (35 ans) chez les -66kg de l’UFC, Topuria a avoué au présentateur de l’émission que son rêve serait d’obtenir la carte nationale d’identité espagnole.

Un cadeau qu’il entend bien négocier directement avec le Premier ministre Pedro Sanchez, lequel doit le recevoir dans la journée au Palais de Moncloa, ce mardi: "Je vais le lui demander personnellement. On verra s'il peut m'aider à réaliser mon rêve. La vérité, c'est que j’en serais très heureux", a-t-il assuré avec sa ceinture de champion de l’UFC entre les mains.

"Vous ne pouvez imaginer à quel point j'aime l'Espagne"

Dans une interview accordée à The Athletic en prévision du combat qui l’a vu triompher d’un vieux briscard et mettre fin à une domination qui aura duré plus de quatre ans, Ilia Topuria s’était confié sur ce qui le relie à l’Espagne, lui, le fils de parents géorgiens, né en Allemagne, à Halle.

"Je suis originaire de Géorgie, car mes parents viennent de ce pays. Mais j'ai grandi en Espagne depuis l'âge de 15 ans. Aujourd'hui, j'en ai 27. En tant que professionnel, je me suis développé en Espagne. Aujourd'hui, ma famille vit en Espagne. Mes enfants vivent en Espagne. Ma femme, mes amis. Tout ce que j'ai dans cette vie se trouve actuellement en Espagne. Vous ne pouvez donc pas imaginer à quel point j'aime l'Espagne."

Très populaire parmi les footballeurs espagnols, Topuria bénéficie d’une immense cote de popularité de l’autre côté des Pyrénées. Dimanche, il a donné le coup d’envoi du choc entre le Real Madrid et Séville au Santiago Bernabeu où il aimerait défier un certain Conor McGregor. Invaincu en 15 combats, Topuria a exhorté Dana White, le patron de l’UFC, à organiser un événement en Espagne: "Dana, il est temps de briller et d'amener l'UFC en Espagne. McGregor, si tu as encore des couilles, je t'attends en Espagne."

Article original publié sur RMC Sport