Publicité

Emploi, déficit, professeur menacé : ce qu’il faut retenir de l’interview de Gabriel Attal au journal de 20 heures

Sa prise de parole était attendue et Gabriel Attal a décidé de balayer tous les sujets de l’actualité à l’heure de son premier bilan. Ce mercredi 27 mars, sur le plateau du journal de 20 heures de TF1, le Premier ministre s’est étendu sur les questions économiques et sociales de la France. Il a notamment dévoilé que l'État allait porter plainte pour contre une étudiante du lycée Maurice-Ravel à Paris « dénonciation calomnieuse », à la suite du départ du proviseur de cet établissement. Elle a affirmé avoir subi des violences de la part de ce dernier, alors qu’il lui avait demandé de retirer son voile dans l'enceinte de l'établissement. Selon Gabriel Attal, le chef d’établissement a « tout simplement fait son travail ».

Vers une réforme de l'assurance-chômage

n ce qui concerne le volet économique, Gabriel Attal a assuré que l’État « n'augmentera pas les impôts dans les prochaines années », tout en incitant les Français à travailler plus. Pour motiver une partie d’entre eux, il a notamment évoqué « le carcan des 35 heures », dont il « veut sortir ». A contrario, il a répété n’avoir « aucun dogme » sur la taxation des super profits et la taxation des plus riches.

Interrogé sur le déficit actuel, le chef du gouvernement compte « désendetter » le pays, avec l’objectif d’arriver à 3% de déficit en 2025. « La situation est sérieuse. [...] L’année dernière, l’État a dépensé ce qui est prévu. On a eu moins de recettes que prévu. Parce qu’il y a un ralentissement économique euro...


Lire la suite sur LeJDD