La traque aux sursauts radio est lancée

CHINE NOUVELLE/SIPA

Repérés seulement en 2007, les sursauts radio rapides (FRB) traversent l'espace sur des milliards de milliards de kilomètres pour venir "tinter" aux oreilles géantes des radiotélescopes du monde entier. La source - ou les sources - de ces signaux très énergétiques reste incertaine, même si des pistes se précisent…

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°907, daté septembre 2022.

Les sursauts radio rapides (Fast Radio Burst ou FRB en anglais) durent à peine le temps d'un battement d'ailes de mouche. Mais c'est bien assez long pour constituer une énigme. Ces signaux surgissant de l'espace lointain n'ont pourtant rien de spectaculaire en apparence. Ce sont des impulsions radio de l'ordre de la milliseconde émises dans des fréquences s'étalant de la bande FM (une centaine de mégahertz) jusqu'à quelques centaines de gigahertz. Elles jaillissent d'un point de l'espace puis disparaissent.

Plus rarement, le signal se manifeste à nouveau, depuis le même endroit, mais sans que l'on puisse déterminer une quelconque périodicité. Un vrai casse-tête. Alors, depuis la découverte du premier FRB en 2007 par l'astronome Duncan Lorimer et son équipe de l'Université de Virginie-Occidentale (États-Unis), les astrophysiciens multiplient les observations afin de cerner l'origine de ces mystérieux signaux. Et la traque commence à porter ses fruits…

LEXIQUE

ÉTOILE À NEUTRONS : Astre extrêmement compact issu de l'effondrement d'une étoile massive sur elle-même. Elle est en majeure partie composée de neutrons, mais la forme que peut prendre la matière à ces niveaux de densité est mal connue.

PULSAR : Astre produisant un signal radio puissant et extrêmement régulier. Il pourrait s'agir d'une étoile à neutrons en rotation rapide sur elle-même.

MAGNÉTAR ou magnétoile : type particulier d'étoile à neutrons disposant d'un champ magnétique extrêmement intense, sans doute parce qu'elle s'est formée récemment à l'échelle du cosmos.

Ils proviennent de bien au-delà de notre galaxie

Fabrice Mottez, astrophysicien au Laboratoire Univers et théories, à Paris, livre un premier constat : "Les FRB viennent presque toujours de très loin, bien au-delà de notre galaxie et des galaxies proches. " Ainsi, la source du premier FRB découvert se trouve à environ 3 milliards d'années-lumière d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi