Toutankhamon et Ankhesenamon : un couple incestueux ?

© Djehouty/Wikimedia Commons

Trouver l’âme sœur, au bord du Nil, ce n’est pas juste une façon de parler! Dans le papyrus Harris, un amoureux (appelé « frère ») dialogue avec sa bien-aimée (sa « sœur ») : « La bouche de ma sœur est un bouton de lotus / Ses seins sont des pommes d’amour / Ses bras sont des étaux / Son front est le cerceau de l’acacia / Et moi je suis l’oie sauvage. » Shocking ?

Ce que nous appelons inceste ne constituait pas une perversion pour les anciens Egyptiens. Il est même fortement recommandé dans la famille royale. Toutankhamon et Ankhesenamon, de cinq ans son aînée, sont ainsi frère et sœur. Le couple royal est, en effet, calqué sur celui des dieux Isis et Osiris, qui étaient eux-mêmes frère et sœur. Et ce ne sont pas les seules divinités à pratiquer l’inceste : il y a aussi Chou et Tefnout, et Geb et Nout.

Le pharaon, lui, descend directement des dieux, selon le principe de la théogamie. Ce terme signifie « mariage divin ». En clair, la mère du futur Toutankhamon, bien qu’humaine, a été fécondée par le dieu Amon-Rê, le plus important du panthéon, via le pharaon régnant Akhenaton. Elle a donné naissance au bébé Toutankhamon, un être hybride, mi-homme mi-dieu. Le petit roi a été allaité par la déesse Hathor, la vache nourricière. Plus tard, le pharaon devra à tout prix garder son essence divine en se reproduisant avec un membre de sa propre famille – qui possède aussi un caractère divin. « L’épouse du pharaon, qu’on appelle « sœur », doit en principe être de sang royal », confirme l’égyptologue (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prince Philip : une vie au service de la monarchie et de la reine Elisabeth II
Elisabeth II, une femme de pouvoir dans un monde d'hommes mais ce n'est pas la première
Pourquoi la statue de la Liberté est-elle aux États-Unis et pas en France ?
Pourquoi les mois de juillet et août ont-ils 31 jours ?
Un menhir peut-il dépasser l'obélisque ?