Tourisme. Durant les fêtes, Acapulco s’est-elle “baignée” dans le Covid ?

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Des milliers de touristes se sont entassés sur les plages de cette immense station balnéaire du Mexique, sans masques ni distanciation. Pendant les fêtes, la ville avait décidé de rabaisser le niveau des restrictions. Le Mexique est pourtant le pays d’Amérique latine qui affiche le plus taux de mortalité le plus élevé.

Acapulco, sa baie qui s’ouvre sur le Pacifique, ses kilomètres de plages de sable blanc, son climat tropical doux, sa vie nocturne aussi… La principale ville touristique du Mexique – avec Cancún et Mexico – a-t-elle pris trop de risques durant les vacances d’hiver ?

Lundi 4 janvier, elle a basculé de nouveau vers un niveau d’alerte orange, après une parenthèse de quinze jours au niveau jaune. Lequel suppose moins de restrictions sur les heures d’ouverture des bars et restaurants, sur les “jauges” de public autorisées, ainsi que sur le nombre de touristes accepté dans les hôtels.

À lire aussi: Acapulco, histoire d’un paradis perdu

La décision de cette parenthèse avait été prise par les autorités de l’État du Guerrero, en grande partie pour tenter de réveiller économiquement le secteur clé du tourisme, devenu, de fait, plus “national” qu’international.

Repris notamment le quotidien local Sol de Acapulco, le gouverneur de l’État, Héctor Astudillo Flores a affirmé, à la fin de cette parenthèse :

Nous avons changé de niveau d’alerte comme nous l’avions dit, pour passer à une nouvelle étape […] Nous avons eu moins de touristes que prévu mais je crois que c’était une bonne chose pour l’économie.”

Crainte d’une aggravation de l’épidémie

Résultat : des images de plages saturées, possibles nids de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :