Publicité

Tour des Flandres: Van der Poel, seul sur sa planète

C'est une statistique à faire pâlir de peur le reste des troupes ce dimanche. En cinq participations au Tour des Flandres, Mathieu Van der Poel a terminé quatre fois sur le podium. Deux fois premier, deux fois deuxième. Et le "pire" résultat du Néerlandais fût une quatrième place en 2019 pour son galop d’essai. Autant dire que VDP, frimousse blonde et bouille toujours aussi juvénile malgré ses 29 ans aura ce dimanche la tête du parfait petit favori. Un nouveau succès le ferait par ailleurs rentrer dans le club très fermé des triples vainqueurs du Ronde, aux côtés notamment de Museeuw, Boonen et Cancellara.

Et sur les 270 kilomètres de course, Van Der Poel le sait, il trouvera son bonheur notamment dans le final avec 7 secteurs pavés et 17 bergs à grimper, ces petites ascensions souvent pavées et aux pourcentages avoisinant parfois les 20%. Parmi elles, les mythique Koppenberg, Vieux-Quaremont et Patterberg.  "Le Tour des Flandres me convient parfaitement reconnaît le champion du monde. C'est une course avec des montées qui s'enchaînent rapidement. Pas trop longues, mais agressives. Quelque chose que j'adore."

Déception de la nation

Facile vainqueur du Grand Prix E3, la répétition générale du Tour des Flandres vendredi dernier, le petit-fils de Raymond Poulidor a d’autant plus la pancarte dans le dos que son principal adversaire, Wout Van Aert, a violement chuté mercredi sur à Travers la Flandre, se fracturant la clavicule et des côtes. Le Belge est forfait ce dimanche suscitant l’émoi Outre-Quiévrain. "Tout le monde en Belgique parle de Wout témoigne son coéquipier et compatriote Tiesj Benoot. Les gens sur la route nous en parlent quand on s’arrête boire un café. C’est sûr que tu sens la déception de la nation."

Pour autant, le coureur et son équipe Visma Lease a Bike espèrent pouvoir jouer les trouble-fêtes entre Anvers et Audenarde, grâce à un collectif de qualité malgré l’absence de Van Aert. San véritable sprinter, la formation néerlandaise sera sans doute un arc à plusieurs flèches. L’une d’entre elle sera Benoot, une autre pourra être Van Baarle, mais la plus dangereuse pour Van der Poel sera sans aucun doute la flèche américaine Matteo Jorgenson, notamment vainqueur de Paris-Nice et d’A Travers la Flandre depuis le début de la saison. "Ja vais tout donner confirme le Californien. Et on va tout donner en équipe pour gagner. Reste à savoir comment. Si vous aviez vu les heures passées par le staff à planifier la tactique sur les classiques, vous comprendriez que sans Wout, on sera obligé d’avoir un plan très bien travaillé."

Alaphilippe ne s’attend à aucun "miracle"

Entre autres adversaires par ailleurs, Mathieu Van der Poel devra se méfier du Danois Mads Pedersen, pris dans la même chute que Wout Van Aert mais présent malgré tout, Stefan Kung le tracteur Suisse, le Slovène Matej Mohoric ou encore l’Australien Michael Matthews et le Belge Tim Wellens. Chez les Français, Valentin Madouas a annoncé jouer la victoire dimanche malgré un début de saison plutôt délicat. Quant à Julian Alaphilippe, s’il fût par le passé parmi les favoris du Tour des Flandres, il reconnait ne s’attendre à aucun "miracle". Le Ronde reste le monument qui réussit le moins bien aux coureurs tricolores dans toute l’histoire du cyclisme. Le dernier à avoir levé les bras, c’est Jacky Durand en 1992. Forestier et Bobet l’avaient également emporté dans les années 50.

Article original publié sur RMC Sport