Publicité

Tir à l'arc: Valladont, Barbelin, Lopez... huit archers présélectionnés pour les JO de Paris 2024

A l’INSEP, au pôle de tir à l’arc, les sourires sont sur les lèvres. Ils ne sont plus que huit dans la course olympique. Chez les femmes, on retrouve Caroline Lopez, Lisa Barbelin, Amélie Cordeau et Victoria Sébastien. Et chez les hommes: Jean-Charles Valladont, Baptiste Addis, Nicolas Bernardi et Thomas Chirault.

"La sélection durait quatre jours, on a eu première journée de qualifications et trois jours de matchs de poule où tout le monde se rencontrait", explique Jean-Manuel Tizzoni, entraîneur olympique de l'équipe féminine. Caroline Lopez, 20 ans, a terminé première de cette sélection, devant Lisa Barbelin. "Caroline a été plus régulière que les autres. Elle a fortement élevé son niveau de performance et a pris le lead avant la première journée et l’a gardé tout le long", analyse son entraîneur. Pour Caroline Lopez, c’est une énorme satisfaction, elle voit les Jeux olympiques à la maison se rapprocher grandement: "C’est la première fois que je finis première sur une sélection senior donc ce n’est que du bonheur. J’ai donné le meilleur de moi, c’était un bon combat. Va falloir continuer à s’entraîner un maximum, prendre de l’expérience sur les prochaines compétitions."

"Il faudra mettre les bouchées doubles si on veut une médaille olympique"

Avec Lisa Barbelin, elles forment un duo d’expérimentés. Toutes les deux ont été vice-championnes du monde l’an dernier. Et à leurs côtés, s’ajoutent Amélie Cordeau et Victoria Sébastien. Deux jeunes archères qui n’ont pas encore d’expérience sur le circuit sénior. "Il va falloir voir comment les personnalités vont s'allier. On a quatre mois pour être fortes ensemble. Il faudra voir à l'international ce qu'Amélie et Victoria peuvent amener et produire. Il va falloir aller vite car on est en-dessous du niveau mondial. Il faut mettre les bouchées doubles si on veut une médaille olympique", souligne Lisa Barbelin.

Chez les hommes, c’est une équipe au profil similaire. Deux archers plus expérimentés, pour deux plus jeunes. Baptiste Addis, seulement 17 ans, a terminé deuxième de cette sélection à Bordeaux: "C'était compliqué car on a eu quatre jours intenses. Ce n’est jamais facile à gérer. Mais je suis plutôt content". Baptiste Addis, le plus jeune de l’équipe, va partager cette qualification olympique avec Jean-Charles Valladont, le plus expérimenté. Médaillé d’argent à Rio, il vise une quatrième participation olympique à Paris: "Ça va être magique et énorme les Jeux à la maison. Mais si on veut les réussir, il faut se préparer pour une compétition comme les autres. Même si, être à la maison ça sera merveilleux. Pour réussir cet événement, il faut rester sur un objectif simple", analyse Valladont.

En tout cas, ces huit archers vont avoir un programme chargé jusqu’aux JO. Courant février, ils s’envoleront pour la Corée du Sud. Deux semaines de stages avec les meilleurs archers coréens. Ensuite, tous les huit enchaîneront trois Coupes du monde et un championnat d’Europe. Avant une date importante, en juin, il y aura l’ultime sélection: trois hommes et trois femmes seront officiellement sélectionnés pour les JO. "Les quatrièmes seront des remplaçants. Et cette dernière sélection sera un tout, on prendra en compte les résultats, le comportement et la capacité à travailler. Puis, ce sera discuter en comité de sélection", explique l’entraineur de l’équipe de France féminine.

Article original publié sur RMC Sport