Thierry Frémaux salue Gaspard Ulliel, "un joyau rare avec une sorte de fragilité apparente"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Gaspard Ulliel en 2019 au festival de Cannes. - Loic Venance - AFP
Gaspard Ulliel en 2019 au festival de Cannes. - Loic Venance - AFP

876450610001_6292695753001

Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes, a rendu ce jeudi sur BFMTV un hommage vibrant à Gaspard Ulliel, acteur "fauché en pleine jeunesse", décédé brutalement après un accident de ski survenu mardi en Savoie. "Tout le monde a l'impression d'avoir perdu un fils, un frère, un copain."

"Il avait une vie de cinéma à accomplir, mais aussi de théâtre", regrette encore Thierry Frémaux, en déplorant également la "vie qu'il n'aura pas et que les autres n'auront pas avec lui". Saluant "un garçon avec un talent singulier", qui "ne ressemblait à personne", Frémaux se souvient d'un "joyeux rare":

"C'est peut-être aussi pour ça que la perte est encore plus immense. C'était un joyaux rare, et qui allait donner beaucoup, beaucoup. Il avait une sorte de fragilité apparente. C'était un garçon tout à fait bien équilibré, bien solide, incroyablement proche des autres. Cette fragilité apparente nous rend cet accident encore plus violent, encore plus cruel, encore plus injuste."

"Il se fondait dans chaque personnage"

Acclamé pour ses rôles dans Un long dimanche de fiançailles, mais aussi Saint Laurent et Juste la fin du monde, Gaspard Ulliel était assez exigeant dans ses rôles, et très souvent remarquable et crédible, rappelle Thierry Frémaux:

876450610001_6292681092001 "Il était de ces acteurs qui incarnaient leurs personnages. Il avait un visage, une tenue, un jeu qui était tout à fait particulier et reconnaissable. Et pourtant il se fondait dans chaque personnage."

Acteur depuis l'adolescence, Gaspard Ulliel avait été révélé au début des années 2000 par des films comme Le Pacte des loups de Christophe Gans ou Embrassez qui vous voudrez de Michel Blanc.

Sa carrière avait pris de l'ampleur après son César du meilleur espoir masculin pour Un Long dimanche de fiançailles (2005) de Jean-Pierre Jeunet. L'ultime consécration était arrivée en 2017 avec le César du meilleur acteur, pour Juste la fin du monde de Xavier Dolan.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles