“The White Lotus” saison 2, toujours aussi délicieusement insupportable

Photo HBO / Fabio Lovino

Quelques secondes avant que les touristes américains ne débarquent, la responsable de l’hôtel cinq étoiles White Lotus, Valentina (Sabrina Impacciatore), incendie son équipe qui a eu le malheur d’apporter un plateau trop petit pour le nombre de flûtes de prosecco nécessaires. Un instant plus tard et voilà la même Valentina qui affecte un sourire obséquieux pour accueillir ses hôtes.

Diffusée en France sur OCS depuis le 31 octobre (au lendemain de sa diffusion sur la chaîne américaine HBO), la deuxième saison de The White Lotus reprend le même principe que le premier volet : croquer les riches lors de vacances qui se terminent par un meurtre, dont le spectateur ignore au départ et la victime et l’auteur. Mais elle a quitté Hawaii pour la Sicile.

Les tribulations des personnages (deux couples qui ont tout pour se détester mutuellement sous leur amitié de façade, une famille d’ascendance italienne venue faire un retour aux sources, une travailleuse du sexe locale…) sont entrecoupées de plans de carte postale, explique The Hollywood Reporter. Tout en allant plus loin que les vignes, les villas et les hameaux. “D’une part, The White Lotus fait tout pour souligner la beauté à couper le souffle de cette île”, poursuit le magazine californien, et, d’autre part, elle prend bien soin d’expliquer que la Sicile est le lieu mythique où Hadès a violé Perséphone. Un lieu où cohabitent donc le romantisme et la violence, physique et émotionnelle.”

Un casting toujours au rendez-vous

Si la formule marche de nouveau, c’est notamment grâce aux rôles finement écrits. L’hebdomadaire, très lu des professionnels d’Hollywood, applaudit le créateur de la série, Mike White, pour son “habileté à concevoir des personnages dont le spectateur comprend parfaitement le point de vue, même lorsque c’est douloureux et qu’ils ne sont en rien sympathiques”. Couronnée d’un Emmy pour sa participation à la saison précédente, Jennifer Coolidge est presque la seule à reprendre son rôle, celui de Tanya, une femme aussi riche que paumée. Parmi les nouveaux arrivants, on découvre F. Murray Abraham en grand-père lourdaud (Bert) et Theo James en jeune entrepreneur fanfaron (Cameron). “Aubrey Plaza [vue dans Parks and Recreation] se distingue particulièrement au sein d’un solide casting.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :