Publicité

Théâtre au collège: les syndicats et parents d'élèves circonspects face à l'annonce de Macron

Une mesure loin de faire l'unanimité. Pour "réarmer l'école", Emmanuel Macron a annoncé, parmi d'autres séries de mesures, "le passage obligé" du théâtre au collège dès septembre. Le président a déclaré que le théâtre "donne confiance". Cela apprend l'oralité, le contact aux grands textes", a-t-il poursuivi.

De quoi laisser les syndicats et parents d'élèves circonspects. Ils évoquent un emploi du temps des élèves "déjà complet" et craignent une "absence de rallonge budgétaire" pour l'assurer.

"Dans la mesure où on n'est même pas capables de financer les heures dédiées aux groupes de niveau voulus par Gabriel Attal pour la rentrée prochaine, je ne vois pas comment on va maintenant intégrer le théâtre", a réagi Bruno Bobkiewicz, secrétaire général du SNPDEN-Unsa, premier syndicat des chefs d'établissements.

"Quel est le budget derrière?", s'interroge-t-il, anticipant "une absence de rallonge budgétaire".

"Comment cela va réellement se mettre en place?"

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, premier syndicat du second degré (collèges et lycées) se demande, quant à elle si "on va devoir rogner sur une autre matière pour intégrer le théâtre comme cela a été fait pour la technologie en 6e, retirée au profit des cours d'approfondissement en français et maths".

"Est-ce que cela va être réglementé par un texte? Avec quels moyens? Sur quelles modalités d'emploi du temps des élèves qui affiche déjà complet?", se demande de son côté Élisabeth Allain-Moreno, secrétaire générale du SE Unsa.

Du côté des parents d'élèves, l'accueil est mitigé. "Pourquoi pas, sur le papier l'idée est bonne mais peut-on nous dire qui va encadrer ces cours de théâtre, avec quel contenu et quel volume horaire?", lance Grégoire Ensel, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE).

Pour Laurent Zameczkowski, porte-parole de la fédération de parents d'élèves PEEP, "ce genre d'annonces est plutôt bonne, mais comment cela va réellement se mettre en place, dans un délai aussi court?".

Article original publié sur BFMTV.com