TEST!!!Londres répondra d'ici mi-mai à la mise en demeure de l'UE sur l'Irlande du Nord

·2 min de lecture
LONDRES RÉPONDRA D'ICI MI-MAI À LA MISE EN DEMEURE DE L'UE SUR L'IRLANDE DU NORD

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne s'est mise d'accord avec l'Union européenne pour répondre d'ici mi-mai à la mise en demeure que Bruxelles lui a adressée après le report par Londres de l'instauration de règles douanières prévues pour l'Irlande du Nord, a annoncé mercredi une porte-parole du gouvernement britannique.

La Commission européenne a annoncé le 15 mars avoir "envoyé une lettre de mise en demeure au Royaume-Uni pour violation des dispositions matérielles du protocole sur l'Irlande et l'Irlande du Nord, ainsi que de l'obligation d'agir de bonne foi imposée par l'accord de retrait".

Londres réfute les accusations européennes, considérant s'être contenté de prolonger le moratoire prévu dans l'accord de sortie de l'Union européenne sur les vérifications de marchandises entrant en Irlande du Nord.

"Conformément aux précédents, qui prévoient habituellement un délai de deux mois pour répondre à ce genre de procédure, nous avons décidé avec l'Union européenne que nous répondrons à la mise en demeure d'ici la mi-mai", a dit mercredi la porte-parole.

"Nous avons clairement indiqué que les mesures que nous avons prises sont légales et s'intègrent dans la mise en oeuvre progressive et de bonne foi du protocole sur l'Irlande du Nord."

Depuis que les Britanniques ont quitté le marché unique fin 2020, les supermarchés nord-irlandais ont été confrontés à des pénuries qui ont conduit le gouvernement britannique à repousser l'application de certains aspects du protocole.

Ce dispositif, qui vise à éviter le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord, exige des autorités britanniques qu'elles effectuent des contrôles sur les marchandises entrant sur le territoire nord-irlandais en provenance du reste du Royaume-Uni.

Des représentants de Londres et de Bruxelles doivent se rencontrer jeudi pour évoquer la situation en Irlande du Nord, où ces difficultés générées par le Brexit contribuent au réveil des tensions communautaires entre unionistes protestants et nationalistes catholiques.

Il est peu probable que ces discussions aboutissent à une solution aux questions soulevées par l'Union européenne mais elles pourraient servir d'étape en vue du dénouement de ce litige.

(Elizabeth Piper; version française Nicolas Delame)