Tapie avait convaincu Félizia, candidat écolo aux régionales, de se retirer pour faire barrage au RN

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jean-Laurent Felizia, le 15 juin 2021 à Marseille - Nicolas TUCAT © 2019 AFP
Jean-Laurent Felizia, le 15 juin 2021 à Marseille - Nicolas TUCAT © 2019 AFP

La lutte contre l'extrême-droite, toujours. L'anecdote de Jean-Laurent Félizia, invité sur BFMTV ce dimanche, démontre toute l'énergie que mettait Bernard Tapie à lutter contre les candidats du Front, puis du Rassemblement National.

En juin 2021, durant l'entre-deux tours des élections régionales en PACA, l'homme d'affaires, même affaibli par la maladie, aurait appelé le candidat écologiste, arrivé troisième dans les urnes, pour le pousser à se retirer au profit du candidat LR Renaud Muselier, et faire barrage au candidat RN Thierry Mariani.

"Le 20 juin au soir, les résultats n'étaient pas tous parvenus et on avait fait le choix de nous maintenir. Et puis, dans la nuit les résultats sont tombés les uns après les autres et l'écart qui était mince entre Mariani et Muselier s'est agrandi, au point que nous nous sommes questionnés", raconte l'écologiste. "Mais pendant tout ce temps, sur mon téléphone portable, Bernard Tapie m'avait appelé une quinzaine de fois en insistant pour que je le rappelle. Et à chaque fois, j'avais cette voix qui venait de très loin, qui semblait à la fois énergique, et presque désespérée car il fallait absolument que je le rappelle".

"Si tu te retires, c'est ce qu'on retiendra de cette aventure"

Le lendemain matin assez tôt, Jean-Laurent Félizia finit par rappeler Bernard Tapie qui décroche tout de suite. S'en suit une conversation de "près d'une heure" entre l'ancien ministre et le candidat écologiste aux régionales:

"Il a fait preuve d'autorité, une autorité naturelle." détaille Jean-Laurent Félizia. "Pendant le premier quart d'heure, il était dans le vouvoiement, et au bout d'un quart d'heure le tutoiement est arrivé, avec une sorte de relation père-fils où il m' a dit: "d'attend pas dans ce maintien une heure de gloire. La gloire c'est aujourd'hui de ne pas confondre le temps long de la politique et le temps court. Tu n'es pas là pour sauver qui que ce soit, mais sache que si tu te retires, c'est ce qu'on retiendra de cette aventure électorale et de ce geste." Un geste qui aurait empêché selon les dires de Bernard Tapie, les "fachos" de prendre la région PACA.

L'homme d'affaires aurait d'après Jean-Laurent Félizia poursuivi l'échange en racontant sa vie et ses luttes. Une manière, aussi, de demander au candidat de prolonger son propre combat politique:

"D'autant qu'il m'a dit aussi que le RN, qui pour lui ne voulait rien dire, était resté le FN. Que les acteurs et actrices contemporains de cette formation politique étaient restés les mêmes, avec ces intentions de discrimination, une vision politique qui n'était absolument pas la sienne", conclut-il.

Finalement, après cet appel et la pression mise par son parti Europe écologie-Les Verts qui l'avait menacé de l'exclure, Jean-Laurent Félizia se retirera de la course à la région PACA au profit de Thierry Muselier. Ce dernier sera réélu avec 57,3 % des suffrages, et Bernard Tapie n'y était apparemment pas pour rien.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles