Tahar Rahim présidera la cérémonie des César 2023

L’acteur français Tahar Rahim assiste à la cérémonie d’ouverture du 19e Festival international du film de Marrakech, le 11 novembre 2022 à Marrakech.
FADEL SENNA / AFP L’acteur français Tahar Rahim assiste à la cérémonie d’ouverture du 19e Festival international du film de Marrakech, le 11 novembre 2022 à Marrakech.

CULTURE - Président de la grand-messe du 7e art. L’acteur français Tahar Rahim, connu pour ses rôles dans Un prophète ou Désigné coupable, présidera la 48e édition des César, qui se déroulera le 24 février à l’Olympia, ont annoncé ce jeudi 5 janvier les organisateurs.

Dans un communiqué commun, l’Académie des César et Canal + louent un acteur qui « a mené sa carrière avec finesse, s’orientant vers des personnages riches, divers et complexes, et des expériences nouvelles ».

Tahar Rahim, 41 ans, a été révélé au public en 2009 dans Un prophète de Jacques Audiard, où il tenait le premier rôle, celui d’un détenu. Ce drame intense a remporté le Grand Prix du Festival de Cannes et neuf César, dont ceux du meilleur espoir masculin et du meilleur acteur pour Tahar Rahim. Treize ans plus tard, « cette fois c’est lui le boss », a déclaré Canal + sur son compte Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Plusieurs rôles dans des séries à succès

En 2013, il était de retour en compétition à Cannes avec Le Passé de l’Iranien Asghar Farhadi et « Grand Central » de la Française Rebecca Zlotowski. En 2021, il a aussi été membre du jury du Festival de Cannes, sous la houlette de l’Américain Spike Lee.

Il a également été vu dans la série The Eddy sur Netflix avec sa femme, l’actrice Leïla Bekhti. Puis, il a été le premier rôle dans la série à succès de Netflix Le Serpent, où il incarne le tueur français Charles Sobhra, avant d’être nommé aux Golden Globes et aux Bafta pour Désigné Coupable, où il partageait l’affiche avec l’Américaine Jodie Foster.

Lundi, l’Académie des César annonçait sa décision de mettre en retrait, pour sa prochaine cérémonie, les personnes mises en cause « pour des faits de violence », dans la foulée de l’affaire Sofiane Bennacer, jeune comédien révélé dans « Les Amandiers » mis en examen pour viols.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi