Télétravail obligatoire : vers une prolongation de la mesure

·1 min de lecture
Le télétravail n'a pas progressé suffisamment en janvier au goût du gouvernement.

Élisabeth Borne a annoncé aux partenaires sociaux mercredi que la mesure des trois jours de télétravail obligatoire pourrait durer deux semaines de plus.

Le présentiel au travail n’est pas près de redevenir la norme… La ministre du Travail Élisabeth Borne a annoncé mercredi 19 janvier aux partenaires sociaux que le gouvernement envisageait de prolonger « pour encore deux semaines » la règle prévoyant trois jours minimum de télétravail par semaine face au Covid-19. La ministre a indiqué aux organisations patronales et syndicales que « la situation sanitaire, même si elle semble s’acheminer vers un plateau, ne paraît pas à cette date de permettre une levée ou un relâchement immédiat des mesures en matière de télétravail », a-t-on ajouté de même source. Ces mesures doivent encore être confirmées jeudi, à l’issue d’un conseil de défense sanitaire.

Depuis le 3 janvier, le protocole sanitaire en entreprise prévoit que les employeurs fixent « un nombre minimal de trois jours de télétravail par semaine, pour les postes qui le permettent ». Cette règle avait initialement été mise en place pour trois semaines.

À LIRE AUSSI Droit du travail : la délicate question du retour au « présentiel »

Lors de la réunion avec les partenaires sociaux, la ministre a dit espérer qu’il s’agirait d’un « dernier coup de collier » et que les indicateurs sanitaires permettraient ensuite de « rebasculer sur une recommandation [et non plus une obligation], avec une cible de deux à trois jours de télétravail par semaine », a encore indiqué le ministère.

Avant les mesures renforcées début janvier, le protocole prévoyait déjà une simple « cible [...] Lire la suite

VIDÉO -

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles