Publicité

PSG-Newcastle: les stats qui illustrent l'incroyable manque de réalisme parisien

Le PSG a évité le pire en arrachant le match nul au bout du temps additionnel face à Newcastle (1-1), mardi en Ligue des champions. Les statistiques peuvent toutefois laisser des regrets aux Parisiens sur l’issue de ce match qu’ils ont largement dominé.

Selon les chiffres collectés par l’UEFA, les hommes de Luis Enrique ont cumulé 31 tentatives face au but (chiffre qui regroupe les tirs mais aussi les frappes contrées par un défenseur par exemple), pour seulement sept cadrées (et 14 hors cadre).

Le PSG aurait dû finir à plus de quatre buts

A l’inverse, Newcastle s’est montré beaucoup plus clinique en marquant une fois sur cinq tentatives (dont deux cadrées). Les vendanges parisiennes sont encore plus flagrantes par le biais des expected goals, statistique qui détermine le nombre de buts qu’une équipe aurait dû marquer selon la position du ballon et des adversaires notamment.

Selon le site de statistiques Opta, le PSG a conclu la rencontre avec le chiffre de 4,47 expected goals (le nombre de buts qu’il aurait dû marquer lors de la rencontre) pour un seul but réel inscrit. Jamais une équipe n’avait affiché différentiel négatif (3.47) si important en Ligue des champions depuis qu’Opta dispose de ces données en 2013-2014. Newcastle a, pour sa part, conclu la rencontre avec 1.48 d’expected goal.

Kylian Mbappé, auteur du but l’égalisation sur penalty, a terminé la rencontre avec le total le plus élevé d’expected goals chez les joueurs (1.67) devant Bradley Barcola (1), qui s’est procuré deux grosses occasions après son entrée en jeu (62), et Ousmane Dembélé (1).

"On a joué un match très complet", a fait remarquer l’entraîneur parisien, Luis Enrique, à l’issue du match. "On aurait mérité de le gagner sans aucun doute car on était meilleurs que Newcastle. Le résultat ne reflète pas ce qui s’est passé sur le terrain. Mais c’est le foot. Ce n’est pas toujours le meilleur ou celui qui génère le plus d'occasions qui l’emporte à la fin."

Article original publié sur RMC Sport