Publicité

PSG: la belle montée en puissance d'Ousmane Dembélé, qui manquera le match décisif à Dortmund

Ousmane Dembélé (26 ans) n’a pas gonflé ses feuilles de statistique, mardi lors de PSG-Newcastle (1-1) en Ligue des champions. Mais cela importe peu à Luis Enrique, grand admirateur de l’international français (42 sélections, cinq buts) depuis ses premiers pas à Rennes en 2016. L’entraîneur adore l’ailier pour sa capacité à déstabiliser un bloc et il n’a pas été déçu mardi soir.

"Le joueur le plus déséquilibrant au niveau mondial"

L’ailier droit a parfaitement joué son rôle de dynamiteur, tout en confirmant ses grandes difficultés à conclure les grandes différences qu’il a fait. Il s’est procuré plusieurs occasions (32e, 56e, 82e) mais a vu un défenseur, le gardien et son imprécision le priver d’un but. Il a tout de même participé à éviter le pire avec son centre dévié de la main à l’origine du penalty de l’égalisation de Kylian Mbappé (90e+8).

Au final, Dembélé est le joueur qui la plus tiré (6, dont deux cadrés) au point de terminer la rencontre avec un expected goal au compteur (ces statistiques qui détermine le nombre de buts qu’une équipe aurait dû marquer selon la position du ballon et des joueurs). Il a aussi délivré trois passes-clés et touché 88 ballons (plus haut total des trois offensifs).

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Son apport a confirmé la tendance d’une montée en puissance ces dernières semaines. Elle s’illustre en chiffres avec trois gestes décisifs lors des trois dernières rencontres parisiennes en Ligue 1, dont son premier but sous ses nouvelles couleurs, samedi contre Monaco (5-2). Le champion du monde 2018 semble avoir balayé ses débuts "moyens" comme il les avait lui-même qualifiés dans une interview à L’Equipe. Il apparaît désormais plus à l’aise dans le dispositif de Luis Enrique aux côtés de Kylian Mbappé et Randal Kolo Muani en attaque.

Le technicien espagnol, qui voulait le recruter au Barça en 2017, lui offre cette liberté de quitter son aile pour rentrer dans l’axe. "C'est un joueur différent, singulier", avait-il confié lundi à la veille du match. "Il demande toujours le ballon, il n'a jamais peur de faire les choses, il accepte les critiques. Il a beaucoup de confiance en lui. C'est une chance d'avoir un joueur comme lui. Depuis le début, vous étiez très préoccupés sur les passes décisives et les buts mais il génère tellement de choses pour l'équipe que c’est quelque chose qui importe peu. Il y a toujours un ou plusieurs coéquipiers libres grâce à la façon dont il se déplace dans les espaces. Sans aucun doute, c'est le joueur le plus déséquilibrant au niveau mondial."

Le technicien a certainement dû pester en voyant son joueur envoyé de colère un ballon dans les tribunes pour protester contre une décision arbitrale (58e). Averti pour ce geste d’humeur, "Dembouz" sera suspendu pour le dernier match de poule décisif à Dortmund, son ancien club (2016-2017), le 13 décembre prochain.

Article original publié sur RMC Sport