Publicité

OM: pourquoi le faux pas à Strasbourg a été très mal vécu en interne

"Je suis quelqu’un de sincère, quand je serai en colère, je vous le dirai et vous le verrez tout de suite!" Gennaro Gattuso avait prévenu: il n’est pas du genre à calculer. Son coup de gueule de samedi soir, après le nul contre Strasbourg en Ligue 1 (1-1), n’est pas une stratégie de communication ou de management. Simplement un cri du cœur pour partager sa frustration et son inquiétude.

Le technicien n’a pas compris le visage affiché par son équipe en Alsace, lui qui avait la conviction que l’OM était sur la bonne voie, que son groupe travaillait dur, avec des joueurs impliqués. L’Italien se satisfaisait d'ailleurs, en privé, de l’amélioration du niveau physique de ses troupes, et avait même annoncé "un grand OM" après cette trêve… Gennaro Gattuso est tombé de haut et a donc très mal vécu la prestation de samedi soir, surtout la seconde période, marquée par un manque de jus évident, et surtout les lacunes techniques.

L’Italien a haussé le ton et a de toute façon le sentiment d’avoir été patient: il avait ressenti la nécessité, dès son arrivée, d’avoir un discours positif, de fédérer. Mais il commence véritablement à s’inquiéter des prestations beaucoup trop irrégulières de son OM.

Le premier discours de Longoria face aux joueurs cette saison

Cette inquiétude est partagée par les dirigeants marseillais, qui espéraient que le match à Strasbourg serve de déclic, marque le début d’une vraie réaction et lance la série de matchs qui attend les Marseillais avant Noël. C’est d’ailleurs en ce sens que, selon les informations de RMC Sport, Pablo Longoria avait décidé jeudi de réunir le groupe olympien pour tenir un long discours dans l’intimité du vestiaire.

Le président de l’OM n’avait pas encore pris la parole face aux joueurs, cette saison. Mais il a estimé qu’il s’agissait là du bon moment. Malgré l’absence des internationaux, le staff technique avait profité de la trêve pour effectuer un travail intense avec le reste du groupe. Longoria avait pris la parole publiquement - sur RMC - pour assumer certaines erreurs et adresser un message de confiance à certains joueurs. Medhi Benatia, présenté au groupe le même jour, venait de prendre ses nouvelles fonctions. Bref, cette fin novembre avait des allures de nouvelle page et sonnait comme le début d’une aventure, qu’il fallait valider par un visage conquérant et de bons résultats.

L’heure de vérité avec trois matchs de suite au Vélodrome

Pablo Longoria a donc voulu, jeudi, demander aux joueurs d’assumer leurs responsabilités et rappeler que porter le maillot de l’OM nécessite de donner le meilleur de soi-même. Il a aussi renouvelé sa confiance de vive voix à cet effectif, tout en expliquant, sans hausser le ton, que le staff et les dirigeants ne veulent pas uniquement un bon vestiaire, mais surtout un vestiaire de compétiteurs.

Cette réunion se voulait donc être un pacte interne pour oublier les tracas du début de saison et repartir sur de bonnes bases. C’est raté pour cette fois. Mais les joueurs ont face à eux une triple séance de rattrapage: trois gros matchs au Vélodrome (réceptions de l’Ajax, Rennes puis Lyon). Cet enchaînement est à double tranchant. Il peut relancer l’OM, aussi bien qu’il inquiète un peu, en interne. Ces trois chocs seront en tout cas l’occasion de tester la vraie capacité de réaction du groupe olympien. En cas de faux pas, il n’y aura pas besoin de longs discours pour faire comprendre aux joueurs que l’heure est grave. Le public marseillais s’en chargera.

Article original publié sur RMC Sport