OM-OL: Sacha Houlié donne des pistes pour limiter les incidents

Le caillassage des bus de la délégation lyonnaise était-il évitable ce dimanche soir au Vélodrome? Deux jours après l'annulation de l'Olympico OM-OL, les questions sont toujours aussi nombreuses pour tenter de comprendre comment la soirée du 29 octobre a-t-elle bien pu tourner au cauchemar. Invité de l'After Foot ce lundi sur RMC, Sacha Houlié a donné plusieurs éléments de réponses, à commencer par la configuration de l'accès au stade Vélodrome.

"Les stades ont été construit pour l'Euro 2016. Il était prévu que tout soit fluide et que tout le monde puisse se rencontrer. Ça marche si les gens sont intelligents entre eux. Mais aujourd'hui ça ne marche plus. Le PSG a pu revoir son stade et les supporters rentrent de façon isolée. Ce n'est pas le cas à Marseille. On est obligé de faire passer les cars par des endroits où la manœuvre ne peut être faite qu'à basse vitesse. C'est là où des guet-apens sont possibles. Les supporters sur place le savent. Il y a deux solutions: soit on ne fait pas de déplacement, soit on surprotège en termes de forces de l'ordre", a-t-il indiqué.

>> Toutes les infos sur les incidents en marge d'OM-OL en direct

L'OM ne peut pas être tenu pour responsable selon Houlié

Alors que le caillassage du bus des joueurs et ceux des supporters a eu lieu aux abords du Vélodrome, Sacha Houlié rappelle que la sécurité est "de la compétence de la préfecture de police, a fortiori du ministère de l'Intérieur". La reponsabilité ne revient donc pas à l'organisateur, l'Olympique de Marseille. "Depuis les émeutes urbaines de cet été, on a des applications, des réquisitoires et des comparutions immédiates, des peines prononcées en prison ferme dès le premier incident et des peines complémentaires de privation de droits civiques. Dans ce cas, (il faut) des privations de droit de matchs qui sont à la hauteur."

Lors d'une conférence de presse ce lundi, le procureur de Marseille Nicolas Bessone a estimé qu'"il n'y a aucune défaillance" avec le dispositif mis en place pour le match. "Quand il y a des carences complètes, ça me va très bien de chercher les responsabilités. Mais le premier responsable est celui qui voit le bus des joueurs de lyon, qui se saisit de pierres, d’un fumigène… La responsabilité, c’est celle-là. À ce stade, je n’ai aucun élément qui me laisse penser qu’il y a une défaillance dans le système de sécurité."

Au cours de cette soirée noire, neuf personnes ont été interpellées. Selon le procureur de Marseille à BFMTV, certains sont en garde à vue pour caillassages, d'autres pour violences ou outrages sur personne dépositaire de l'autorité publique, deux pour vols et une pour détention d'une importante quantité de fumigènes.

Article original publié sur RMC Sport